NOUVELLES

Les soldats et chars israéliens entrent plus profondément dans Gaza

18/07/2014 09:43 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

GAZA, Territoire palestinien - Les milliers de soldats israéliens appuyés par des chars sont entrés encore plus profondément dans Gaza, vendredi, pour détruire des lance-roquettes et des tunnels, tirant des obus et affrontant des combattants palestiniens.

Israël a lancé une opération terrestre tard jeudi, à la suite d'une campagne de dix jours de plus de 2000 raids contre Gaza n'étant pas parvenue à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas sur des villes israéliennes.

La première offensive terrestre israélienne majeure à Gaza en un peu plus de cinq ans survient après l'échec d'une proposition de trêve égyptienne entre Israël et le Hamas. On ignore combien de temps durera cette offensive, et quel en sera l'objectif principal pour Israël — autre que celui affirmé de stopper les tirs de roquettes. Des responsables de la santé à Gaza ont affirmé que 50 Palestiniens avaient été tués depuis le début de l'opération, incluant trois adolescents de la même famille tués par un obus de blindé.

L'armée israélienne a dit avoir tué près de 20 activistes lors de divers échanges de feu.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a dit se préparer pour un élargissement important de l'offensive terrestre. Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a dit ne pas craindre l'offensive terrestre et a promis de «faire sombrer l'armée d'occupation dans la boue de Gaza».

Le gouvernement israélien affirme que son objectif est de faire cesser les attaques de roquettes, détruire le réseau de tunnels du Hamas et affaiblir militairement le Hamas. Mais il y a des appels de faucons en Israël pour complètement anéantir le Hamas et l'écarter du pouvoir à Gaza. Cela pourrait signifier une opération plus longue avec le danger de pertes croissantes de civils dans un conflit qui a déjà vu plus de 299 Palestiniens mourir à Gaza, dont environ un cinquième d'enfants.

Israël avait été réticent à lancer une offensive terrestre, craignant le danger pour ses propres soldats et une condamnation à l'international en raison d'un plus grand nombre de victimes civiles.

Mais après une tentative d'infiltration par le Hamas, jeudi — alors que 13 militants armés se sont faufilés par un tunnel à Gaza, avant d'être tués par un raid —, M. Nétanyahou a ordonné jeudi soir à des milliers de soldats d'entrer à Gaza.

Israël a vu un premier soldat tomber au combat dans les premières heures de l'offensive terrestre, un sergent âgé de 20 ans. Des médias israéliens évoquaient un possible tir ami. Un civil israélien était mort plus tôt cette semaine par un tir de mortier.

M. Nétanyahou a parlé avec le président américain Barack Obama vendredi soir, a indiqué son bureau. Le premier ministre israélien a blâmé le Hamas pour les combats et soutenu que le mouvement palestinien utilisait des civils comme «boucliers humains». Il a évoqué des roquettes trouvées dans une école des Nations unies à Gaza, jeudi.

Devant les médias à la Maison-Blanche, le président Obama a affirmé avoir appelé M. Nétanyahou à limiter les morts de civils dans son opération terrestre à Gaza, tout en lui signifiant que les États-Unis soutenaient le droit d'Israël de se défendre.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques Jeffrey Feltman a par ailleurs annoncé vendredi que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon allait se rendre samedi au Proche-Orient afin d'agir à titre de médiateur dans le conflit.

Lors d'une rencontre d'urgence du conseil de sécurité sur le conflit, vendredi, M. Feltman a indiqué qu'un cessez-le-feu demeurait «indispensable» pour assurer le succès des efforts d'aide humanitaire dont la région a grandement besoin.

PLUS:pc