NOUVELLES

Des gens de partout dans le monde pleurent les victimes du vol MH17

18/07/2014 01:44 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - Des passagers de diverses régions de la planète et de toutes les sphères de la société se trouvaient à bord du vol MH17 de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi.

Le Boeing 777 transportait 298 personnes lorsqu'il a été abattu au-dessus de l'Ukraine, créant une onde de choc un peu partout dans le monde. Des proches des victimes leur ont rendu hommage, vendredi, avant même que leurs noms ne soient officiellement révélés par le transporteur aérien.

Un vice-président de Malaysia Airlines, Huib Gorter, a indiqué que 189 des passagers étaient néerlandais. Un total de 29 Malaisiens, 28 Australiens, 12 Indonésiens, neuf Britanniques, quatre Allemands, quatre Belges, trois Philippins, un Canadien, un Néo-Zélandais et un Hongkongais se trouvaient également à bord de l'appareil. La nationalité de deux autres passagers reste encore à confirmer.

Pour une famille australienne, cet écrasement en Ukraine rappelle le souvenir douloureux d'une autre tragédie.

Le frère et la belle-soeur de Kaylene Mann, Rod et Mary Burrows, se trouvaient à bord du vol 370 de Malaysia Airlines lorsque l'avion a disparu, en mars. L'appareil n'a toujours pas été retrouvé. Vendredi, Mme Mann a appris que sa belle-fille, Maree Rizk, avait péri à bord du vol MH17.

Plusieurs passagers se rendaient à Melbourne, en Australie, pour assister à la 20e conférence internationale sur le sida, qui s'amorcera dimanche.

Un hôpital d'Amsterdam a déclaré par communiqué que deux membres de son personnel — le spécialiste du sida de renommée mondiale Joep Lange, ex-président de la Société internationale sur le sida, et sa collègue Jacqueline va Tongeren — feraient partie des victimes.

Un porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé, le Britannique Glenn Thomas, âgé de 49 ans, a également été tué.

Le militant néerlandais Pim de Kuijer, ex-stagiaire de l'ancienne politicienne Lousewies van der Laan, figure aussi parmi les victimes, tout comme le sénateur néerlandais Willem Witteveen.

PLUS:pc