NOUVELLES

Un ex-policier témoin de la scène de décapitation dans un autocar s'est suicidé

17/07/2014 10:52 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

WINNIPEG - L'un des premiers policiers à être montés à bord de l'autocar Greyhound où un jeune homme avait été décapité, sur une autoroute du Manitoba il y a six ans, s'est enlevé la vie.

Ken Barker, un agent de la GRC nouvellement retraité, s'est suicidé le week-end dernier après avoir souffert pendant des années d'un trouble de stress post-traumatique.

Sa famille et d'anciens collègues ont raconté que l'homme de 51 ans avait déjà été témoin de nombreuses scènes horribles dans les deux décennies qui ont précédé le crime perpétré à bord de l'autocar en 2008.

Tim McLean avait été poignardé, mutilé et décapité par Vince Li, qui a par la suite été reconnu non criminellement responsable de ses actes en raison de ses troubles mentaux.

M. Barker, père de deux enfants, avait pris sa retraite le mois dernier mais il était en congé de maladie depuis octobre.

La famille de M. Barker a dit vouloir parler publiquement de son suicide dans l'espoir de pousser davantage d'agents de la GRC à demander l'aide dont ils auraient besoin.

L'ex-épouse de M. Barker, Shari, et la soeur de celui-ci, Wendy Walder, ont expliqué que l'agent avait reçu une aide psychiatrique alors qu'il travaillait pour la GRC et pendant sa courte retraite, mais elles ont toutes deux ajouté que la police fédérale devrait en faire davantage pour lutter contre les préjugés associés aux maladies mentales au sein du corps policier.

Les deux femmes avaient déjà secouru M. Barker après une première tentative de suicide, en mai, mais elles ne sont pas arrivées à temps le week-end dernier.

Le commissaire adjoint de la GRC, Gilles Moreau, a déclaré que les forces offraient leurs sympathies aux proches de M. Barker. Il a ajouté que la GRC offrait déjà de l'aide à ses membres et qu'une nouvelle stratégie, annoncée en mai, lui permettra d'en offrir davantage.

Un récent audit a permis de révéler que 38 pour cent des membres de la GRC en congé de maladie à long terme ont dit l'être pour des raisons de santé mentale.

PLUS:pc