NOUVELLES

Un avion de ligne transportant 298 passagers s'écrase dans l'est de l'Ukraine

17/07/2014 11:46 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

GRABOVO, Ukraine - Un avion de Malaysia Airlines transportant 298 personnes a été abattu jeudi au-dessus de l'est de l'Ukraine, selon les autorités ukrainiennes, mais le gouvernement ukrainien et les séparatistes prorusses nient toute responsabilité dans l'écrasement de l'appareil. Des responsables américains ont toutefois affirmé que l'avion avait été touché par un missile sol-air.

Le Boeing 777-200ER, qui avait quitté Amsterdam à destination de Kuala Lumpur, semble s'être désintégré avant l'impact et des débris fumants — incluant des restes humains et des objets appartenant aux passagers — se sont répandus sur un large périmètre autour du village rebelle de Grabovo, à environ 40 kilomètres de la frontière russe. Un journaliste de l'Associated Press présent sur place a compté au moins 22 corps.

Lors d'une conférence de presse à Kuala Lumpur, le premier ministre malaisien, Najib Razak, a déclaré que l'avion n'avait pas lancé d'appel de détresse avant son écrasement. M. Razak a affirmé que selon les autorités ukrainiennes, l'avion avait été abattu, tout en précisant que la Malaisie était incapable pour l'instant de déterminer les circonstances de la catastrophe.

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a qualifié l'écrasement d'acte terroriste et réclamé une enquête internationale sur l'incident. Il a martelé que les forces ukrainiennes n'avaient pas tiré sur l'avion.

Les services de renseignement américains ont déterminé que l'avion avait été abattu par un missile sol-air, a indiqué un responsable sous le couvert de l'anonymat, jeudi soir. Les agents du renseignement tentent encore d'obtenir des détails additionnels sur l'écrasement et ne savent pas encore qui a tiré le missile, ni si le tir provenait du territoire ukrainien ou russe. Les États-Unis disposent de technologies sophistiquées qui leur permettent de détecter les tirs de missiles et leur provenance à partir de la chaleur dégagée par les projectiles.

Un responsable de Malaysia Airlines a indiqué qu'au moins un Canadien figurait dans la liste des passagers. Selon Huib Gorter, vice-président de l'entreprise, l'avion transportait aussi 154 Néerlandais, 27 Australiens, 23 Malaisiens, 11 Indonésiens, six Britanniques, quatre Allemands, quatre Belges et trois Philippins. Il a précisé que les autorités tentaient toujours de déterminer la nationalité des autres passagers. Par ailleurs, les autorités de Malaysia Airlines ont annoncé que trois bébés n'avaient pas été inclus dans le premier bilan, de sorte qu'il y avait 298 passagers à bord de l'appareil et non 295.

Plus tard jeudi, la ministre des Affaires étrangères de l'Australie, Julie Bishop, a confié à des reporters que plusieurs passagers devaient participer à la 20e conférence internationale sur le sida, à Melbourne, à compter de dimanche.

En fin de soirée jeudi, le Conseil de sécurité des Nations unies a annoncé la tenue d'une rencontre d'urgence vendredi matin à 10h, à la demande de la délégation du Royaume-Uni.

Dans un communiqué, le premier ministre canadien Stephen Harper s'est dit bouleversé et attristé par la nouvelle, et a qualifié l'acte de scandaleux.

«Nous ne savons pas encore qui est responsable de cette attaque, mais nous continuons de condamner les actes d'agression militaire perpétrés par la Russie ainsi que l'occupation illégale de l'Ukraine, ce qui est à la source du conflit actuel dans la région», a déclaré M. Harper, avant d'ajouter que le Canada est prêt à fournir tout le soutien possible pour aider les autorités à déterminer la cause de l'écrasement.

Le village de Grabovo est présentement contrôlé par des séparatistes prorusses et la région a connu de violents affrontements entre les deux camps au cours des derniers jours.

L'agence de presse russe RIA-Novosti a cité jeudi un chef des rebelles, Alexander Borodai, qui a affirmé que des discussions étaient en cours avec les autorités ukrainiennes en vue d'une courte trêve pour des raisons humanitaires. Il a précisé que des organisations internationales seraient autorisées à se rendre dans la région.

Les contrôleurs aériens ukrainiens ont perdu le contact avec le vol MH17 à environ 50 kilomètres de la frontière entre l'Ukraine et la Russie, a indiqué Malaysia Airlines. Le transporteur a précisé que l'avion avait à son bord 280 passagers et 15 membres d'équipage.

Un conseiller au ministère ukrainien de l'Intérieur, Anton Gerachenko, a affirmé sur sa page Facebook que l'avion volait à une altitude de 10 000 mètres lorsqu'il a été frappé par un missile tiré d'un lanceur Buk. Un tel dispositif a été vu par des journalistes de l'Associated Press près de la ville de Snijné, plus tôt jeudi. Le système Buk peut tirer des missiles jusqu'à une altitude de 22 000 mètres.

Le président ukrainien a assuré jeudi que ses forces armées n'avaient abattu aucune cible dans les airs. M. Porochenko a affirmé «ne pas exclure que cet avion ait été abattu», en assurant que les «coupables de cette tragédie seraient tenus responsables» de leurs actes.

Les rebelles prorusses en Ukraine ont également rejeté toute implication, blâmant les forces armées ukrainiennes. Un leader séparatiste, Andreï Purgin, a déclaré à l'Associated Press qu'il était certain que l'appareil avait été abattu par l'armée ukrainienne, mais n'a fourni aucune preuve de cette allégation.

C'est la deuxième fois en moins de six mois qu'un avion de Malaysia Airlines disparaît des radars. En mars, le vol 370 de Malaysia Airlines s'est volatilisé alors qu'il assurait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin. L'appareil n'a toujours pas été retrouvé, mais les recherches se poursuivent dans l'océan Indien, à l'ouest de l'Australie.

PLUS:pc