NOUVELLES

Swaziland: un journaliste et un avocat condamnés pour outrage à la cour

17/07/2014 12:42 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Un journaliste et un avocat des droits de l'homme swazi ont été condamnés jeudi pour outrage à la cour pour des articles critiquant le gouvernement et le système judiciaire au Swaziland, petit pays voisin de l'Afrique du Sud.

L'avocat Thulani Maseko, membre de l'association des avocats des droits de l'homme au Swaziland, et le journaliste indépendant Bheki Makhubu, directeur de la revue politique the Nation, sont détenus depuis la publication d'articles en février et en mars. Ils avaient été brièvement liberés en mars puis de nouveau arrêtés en avril. Ils sont accusés d'avoir dénoncé des abus du gouvernement et de la justice.

Le juge Mpendulo Simelane a estimé que la liberté d'expression n'était pas un droit absolu.

"Les accusés ont écrit que le Swaziland était sans loi et que la justice était corrompue", a dit le juge.

"Les journalistes pensent que leur plume leur donne le droit d'écrire n'importe quoi, au prétexte de la liberté d'expression", a-t-il ajouté.

La sentence a été indéfiniment reportée.

Les critiques de la monarchie absolue du roi Mswati III et de son gouvernement sont unterdits, et la justice ne fait preuve d'aucune envers l'opposition.

Makhubu a été condamné en mai à une peine suspendue de prison de 3 mois pour une article écrit il y a quatre ans où il comparait le ministre de la justice à un "punk" de collège.

En juin, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu a pris la tête d'une croisade menée par une quarantaine de personnalités, fondations et associations pour dénoncer le régime du Swaziland.

Depuis des années, les appels se multiplient pour obtenir des réformes démocratiques dans ce pays d'environ un million d'habitants, qui a longtemps fait figure d'îlot relativement privilégié du temps où sévissait l'apartheid en Afrique du Sud.

mn-jcm/lb/hm

PLUS:hp