NOUVELLES

Plus de 1.000 migrants secourus par la Marine italienne en 24 heures

17/07/2014 11:14 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Plus de 1.000 migrants à bord de quatre embarcations ont été secourus ces dernières 24 heures en Méditerranée par la Marine italienne, selon laquelle les bonnes conditions météo enhardissent les passeurs.

En octobre dernier, quelques jours après le drame de Lampedusa au cours duquel plus de 360 migrants avaient trouvé la mort, l'Italie a lancé l'opération "Mare Nostrum" pour tenter de sauver les migrants lancés des côtes libyennes sur des embarcations de fortune.

Dans un communiqué, la Marine a expliqué avoir intercepté au cours de la nuit de mercredi à jeudi deux bateaux, l'un avec 285 personnes à bord, l'autre avec 229 personnes, puis dans la journée de jeudi un troisième navire (227 occupants) et un quatrième (200 migrants).

De nombreux enfants et des femmes font partie des migrants rescapés ces derniers jours par les autorités italiennes.

Dans des vidéos diffusées par la Marine, on peut voir ces personnes sous des couvertures de survie, accueillies par du personnel médical chargé de s'informer de leur état de santé.

La plupart proviennent d'Erythrée sur lequel l'ONU a récemment ouvert une enquête quant aux violations massives des droits de l'homme, et seront accueillis dans des centres pour réfugiés en Sicile.

En un peu plus de huit mois, 73.686 personnes ont été sauvées dans les eaux territoriales italiennes, soit une moyenne de 270 par jour.

A elle seule, la Marine italienne a recueilli près de 50.000 migrants, essentiellement venus de Syrie et d'Afrique sub-saharienne. Des hommes dans une écrasante majorité mais aussi 10% de femmes et plus de 6.000 enfants. Certains sont sans aucune famille: leurs parents les ont envoyés seuls faute d'argent, ou les autres membres de la famille ont péri en mer.

Si le mouvement d'immigration se poursuit, favorisé par de bonnes conditions météos, l'Italie estime qu'environ 100.000 migrants auront accosté sur ses côtes d'ici la fin de l'année.

En 2011, au plus fort du printemps arabe, le même nombre de réfugiés originaires d'Afrique du Nord étaient arrivées sur les côtes italiennes.

dt/lrb/ob/jeb

PLUS:hp