NOUVELLES

Malaysia Airlines: la disparition du vol MH370 le 8 mars

17/07/2014 01:55 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Le crash d'un Boeing 777 de la Malaysia Airlines jeudi dans l'est de l'Ukraine intervient quatre mois après la disparition mystérieuse d'un autre Boeing 777 de la même compagnie malaisienne.

Le samedi 8 mars, un Boeing 777 de la Malaysia Airlines décolle de Kuala Lumpur à 00H41 (16H41 GMT vendredi) avec 239 personnes à bord, dont 227 passagers (153 Chinois), en direction de Pékin.

Une heure après le décollage, le vol MH370 change de cap et cesse tout contact avec les contrôleurs aériens.

Le Vietnam affirme peu après que l'avion s'est volatilisé dans son espace aérien et lance des recherches après avoir détecté en mer des traces de carburant.

Le lendemain, la Malaisie affirme enquêter sur une piste terroriste, le FBI envoie des agents.

Les fausses pistes pour retrouver l'avion se multiplient, comme lorsque Pékin annonce le 12 mars avoir détecté trois "larges objets flottants" en mer de Chine orientale.

Selon la Malaisie, les communications de l'avion ont été désactivées, le changement de trajectoire est l'oeuvre d'"une action délibérée" et l'appareil a continué de voler près de sept heures. Les perquisitions au domicile des pilotes à Kuala Lumpur et l'examen de leur passé ne relèvent rien de probant.

Mi-mars, le périmètre des recherches s'élargit et 26 pays y participent.

Le 30 mars, l'Australie est chargée de coordonner les opérations de recherches en mer menées par sept pays (Australie, Chine, Malaisie, Japon, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Etats-Unis), avec l'appui d'un sous-marin britannique.

Malgré plus de 300 sorties aériennes, les recherches couvrant plus de 4,5 millions de kilomètres carrés restent vaines. La priorité est donc donnée à l'exploration sous-marine, avec le rappel des avions et de la plupart des navires (30 avril).

Début juillet, le ministère malaisien de la Défense annonce l'envoi d'un navire équipé d'un sondeur multifaisceaux, qui permet des relevés topographiques sous-marins. Il doit quitter la Malaisie le 4 août pour le sud de l'océan Indien, au large de la côte occidentale australienne, zone dans laquelle, selon les experts, le vol se serait abîmé.

L'explication la plus crédible à cette mystérieuse disparition, selon les responsables chargés de l'enquête, est qu'une brusque chute du niveau de l'oxygène au sein de l'appareil a rendu l'équipage et les passages inconscients. L'avion aurait continué de voler en pilote automatique, jusqu'à sa chute en mer, faute de carburant.

La disparition du Boeing reste à ce jour l'un des plus grands mystères de l'aviation civile.

mas/bc/sba

PLUS:hp