NOUVELLES

Le pétrole, dopé par les stocks US, poursuit sa hausse en Asie (107,19 USD)

17/07/2014 12:02 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse jeudi matin en Asie, toujours portés par la forte chute des stocks américains de brut, qui signale une demande vigoureuse d'or noir de la part de la première économie mondiale.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août prenait 25 cent à 101,45 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord, livraison pour septembre (premier jour pour ce contrat), gagnait 2 cents à 107,19 USD.

"Les chiffres robustes sur les stocks américains, meilleurs que prévu, apportent un soutien significatif aux prix du brut pour le moment", a noté David Lennox, analyste au cabinet Fat Prophets à Sydney.

Le département américain de l'Énergie (DoE) a annoncé mercredi un plongeon de 7,5 millions de barils, à 375 millions, des réserves de brut lors de la semaine achevée le 11 juillet, soit quasiment trois fois plus que la baisse de 2,6 millions de barils anticipée en moyenne par les analystes.

Les opérateurs continuent par ailleurs de suivre la situation en Libye et en Irak.

En Libye, où des annonces du gouvernement il y a deux semaines laissaient anticiper un retour à la normale des exportations de pétrole, des combats entre milices armées rivales autour de l'aéroport de Tripoli risquent de plonger le pays dans la guerre civile, face à des autorités dépassées.

En Irak, l'offensive d'insurgés sunnites n'a toujours pas atteint le sud du pays, où sont situés la plupart des sites pétroliers.

Mais "jusqu'à ce que ces questions soient réglées et la crainte de perturbations des exportations dissipée, les opérateurs continueront d'avoir la Libye et l'Irak dans un coin de leur tête", a souligné l'analyste David Lennox.

La veille, le baril de "light sweet crude" (WTI) avait pris 1,24 dollar à 101,20 USD, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il avait clôturé la veille sous les 100 dollars pour la première fois depuis le 9 mai.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord avait fini à 105,85 dollars, en baisse de 17 cents.

bjp/fmp/glr

PLUS:hp