NOUVELLES

Le département d'État américain déplore les pertes civiles dans la bande de Gaza

17/07/2014 04:22 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - L'administration Obama a critiqué Israël, jeudi, pour ne pas avoir fait tout le nécessaire afin d'éviter les victimes civiles dans la bande de Gaza durant les affrontements entre l'armée israélienne et le Hamas.

Après la mort de quatre garçons tués par une frappe israélienne sur une plage de Gaza mercredi, le département d'État a déclaré que le bilan élevé des victimes civiles dans la bande de Gaza était «déchirant». Trois autres enfants ont été tués jeudi dans l'enclave palestinienne.

Néanmoins, la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, a également critiqué les militants du Hamas qui continuent de tirer des roquettes et des obus de mortier sur le territoire israélien, prolongeant la plus récente vague de violence au Proche-Orient qui a déjà tué 235 Palestiniens et un Israélien.

«Je crois que nous avons clairement exprimé nos graves préoccupations quant aux actions du Hamas, aux tirs de roquettes indiscriminés et aux attaques visant des civils», a déclaré Mme Psaki à Washington. «Et ces préoccupations demeurent.»

Concernant l'attaque qui a tué quatre garçons sur une plage mercredi, la porte-parole a qualifié l'incident d'«horrifiant».

«Cet événement tragique montre qu'Israël doit prendre toutes les mesures possibles pour respecter ses standards de protection des civils», a affirmé Mme Psaki. «Nous continuerons de faire pression sur Israël à ce sujet.»

Questionnée quant à savoir si les États-Unis estimaient qu'Israël n'en avait pas fait assez pour éviter les pertes civiles, la porte-parole a répondu: «Nous pensons certainement que des efforts supplémentaires peuvent être faits».

Les États-Unis font pression en faveur de l'adoption d'un cessez-le-feu proposé par l'Égypte. Le secrétaire d'État John Kerry a discuté jeudi avec de hauts diplomates au Caire et à Doha pour tenter de négocier la fin des hostilités. M. Kerry a également discuté avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou mercredi, a indiqué Mme Psaki.

PLUS:pc