Huffpost Canada Quebec qc

«Chœur à cœur pour Sainte-Justine» à la Maison symphonique: une soirée avec Céline Dion (VIDÉO/PHOTOS)

Publication: Mis à jour:

Céline Dion s’est arrêtée à la Maison symphonique de Montréal, mercredi, à l’occasion de l’événement Chœur à cœur avec Sainte-Justine, un spectacle-bénéfice au profit du CHU Sainte-Justine, dont elle est la marraine «à vie».

On entend beaucoup parler de la chanteuse ces jours-ci, puisque celle-ci s’offre quelques jours de repos au Québec. Elle a notamment enregistré des segments de l’émission L’été indien, animée par Michel Drucker et Julie Snyder, qui sera diffusée cet automne à TVA.

Mercredi, en plus de chanter avec les chorales gagnantes d’un concours et de rendre des milliers d’enfants heureux, autant ceux avec qui elle a poussé la note que ceux hospitalisés à Sainte-Justine (voir compte-rendu du concert plus loin), Céline a pris le temps de s’adresser aux médias pendant quelques minutes pour faire le point sur la santé de René Angélil, l’arrivée d’Aldo Giampaolo dans sa garde professionnelle rapprochée et sa carrière en général. La première question concernait justement le rôle que jouera M.Giampaolo dans son entourage; Céline en a profité pour rassurer tout le monde sur l’état moral et physique de son époux.

«René va super bien, mais il a beaucoup de travail à faire sur lui-même, a-t-elle expliqué. Il a beaucoup de travail à faire au niveau de la bouche et de la gorge, au niveau de l’articulation. C’est un cancer qui n’a rien à voir avec le premier [NDLR : qui avait frappé René Angélil en 1999]. Mais c’est important pour nous qu’il prenne le temps de penser à sa santé. La façon qu’on a trouvé, sans l’arrêter complètement, pour qu’il puisse faire son travail émotionnel et physique, et continuer d’être un papa à la maison, c’est de faire une petite pause. René est un mari, un manager, on a les shows, on voyage beaucoup… En novembre, on aura la tournée en Asie, on va aller en Chine, au Japon, à Tokyo… Le métier nous fascine encore, et peut nous emporter, mais il faut parfois être capable de freiner ce bonheur-là.»

«Moi, j’ai besoin d’avoir quelqu’un près de moi, c’est préférable d’avoir quelqu’un pour gérer les demandes. Je n’ai pas envie d’être le manager de ma vie. C’est un travail ingrat, pas le fun. Aldo est un ami de toujours, un ami de longue date, on a une grande confiance en lui. Il va s’assurer que tout se passe bien, et que tout se passe de la façon dont René veut que ça se passe.»

(L'article continue après la galerie photos)
Close
Céline Dion chante pour Sainte-Justine
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

«Accepter, c’est avancer»
Devant la maladie de son homme, Céline Dion refuse de se plaindre et garde l’attitude de leader qu’on lui connaît et qui l’avait guidée la première fois que le cancer avait cogné à leur porte.

«Je l’ai déjà mentionné, il y a 15 ans, mais quand la vie nous impose une chose comme celle-là, toute la famille, les amis, les proches le vivent. C’est important de vivre ça ensemble; de toute façon, on n’a pas le choix. La vie a imposé à René de subir encore une fois un cancer. Qu’est-ce qu’on peut faire? Commencer à questionner la vie en se demandant : “Pourquoi nous, encore? On a été de bonnes personnes, généreuses, pourquoi ça nous arrive?” Si on fait ça, on ne s’en sortira jamais et on n’aura pas de réponse. On essaie de rester dans le positivisme pour se sortir de ça. Avec la famille, les amis, on est très forts. On aime tellement René, et il mérite notre support. Il ne faut pas juger la vie. On vit un jour à la fois, intensément, et ça va bien. Accepter, c’est avancer.»

Céline Dion a aussi parlé de l’évolution globale de sa carrière, en admettant notamment qu’elle ne craint pas d’être «prisonnière» de son style musical, et en saluant les auteurs talentueux qui ont écrit pour elle au fil des ans, comme Eddy Marnay. D’ailleurs, le succès ne revêt plus la même signification pour elle, après 35 ans de métier, qu’à ses débuts.

«Au début, quand on commence une carrière, on veut montrer de quoi on est capable. Maintenant, le succès, pour moi, c’est d’être une bonne épouse pour mon mari. Il a fait énormément pour moi, et je lui redonne du mieux que je peux, à ma façon. C’est mon succès, mon cadeau à moi. C’est comme un partnership. Et ma grande fierté, ce sont mes enfants. Je ne peux pas mesurer ma carrière à ce que je ressens comme femme et mère de famille. Le succès m’importe peu, comparativement à ce que je vis tous les jours. J’arrive à faire ce que j’aime comme passion, comme chanteuse, et mes enfants n’en souffrent pas. C’est un choix que je fais, parce que je peux le faire.»
Céline en a profité pour remercier sa sœur Linda qui, a-t-elle insisté, accomplit un boulot extraordinaire en prenant soin de ses neveux René-Charles, 13 ans, et Eddy et Nelson, les jumeaux de 3½ ans, au quotidien. «Elle est la raison pour laquelle je peux partir de la maison sans que mes enfants pleurent».

Elle a aussi réitéré l’importance de son engagement envers le CHU Sainte-Justine, en louangeant le courage des bouts de choux malades. «Ces enfants sont extrêmement matures et très forts, a-t-elle souligné. Souvent, ce sont eux qui nous disent : “Ça va aller, ne t’en fais pas”. Ils ne font pas vibrer mes cordes vocales, mais mon âme, mon cœur de mère.»

«Chansons de Céline… sans Céline»
En début de soirée, Céline Dion avait assisté au spectacle Chœur à cœur pour Sainte-Justine, un rendez-vous que plusieurs attendaient avec grande impatience. C’est qu’en janvier, dans le cadre de la campagne de financement Plus mieux guérir, la star internationale avait lancé un appel à toutes les chorales du Québec, qui aimeraient l’accompagner au micro le temps d’un morceau. 174 chorales de la province ont participé au concours, et ce sont finalement les ensembles de l’Externat Mont-Jésus-Marie de Montréal, composé de 66 voix du primaire, et Les Petits Chanteurs de Laval qui l’ont emporté et ont entonné S’il suffisait d’aimer avec Céline Dion. Au total, ils étaient environ 300 gamins à vivre ce moment avec la diva.

Gregory Charles présidait le jury aux côtés de Claude «Mégo» Lemay, directeur musical de Céline, et la chanteuse Natalie Choquette, et c’est également lui qui animait la présentation, mercredi.

«Ce soir, on va chanter des chansons de Céline… sans Céline», a badiné l’hôte dans son mot de bienvenue. L’idole était en effet assise bien sagement au balcon et a regardé avec beaucoup d’émotion le tour de chant qui se déployait sous ses yeux. Ce n’est qu’à la toute fin qu’elle est montée sur scène. Dans l’heure précédente, l’invitée de marque a apprécié quelques joyaux de son répertoire, soit L’amour existe encore et Je t’aime encore, interprétées par Suzie Villeneuve, et Because You Loved Me et My Heart Will Go On, par Valérie Daure, de La voix. C’est Gregory Charles qui a choisi de miser sur Suzie et Valérie, dont il apprécie le talent, pour ce soir important.

Messieurs Pierre Boivin et Fabrice Brunet, respectivement président du conseil d’administration de la Fondation et directeur général du CHU Sainte-Justine, ont également pris la parole pendant la soirée.

Le concert Chœur à cœur avec Sainte-Justine était retransmis en direct sur les écrans du CHU Sainte-Justine et a permis d’amasser 827 065$. Entre le 17 mars et le 30 avril, le public était appelé à se prononcer en faveur de sa chorale préférée, au coût de 5$ le vote. C’est ainsi qu’on a recueilli le montant, par le biais de 18 027 votes.

Céline Dion fait le point sur l'état de santé de René Angélil:

À VOIR AUSSI:

Close
L'évolution de Céline Dion
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Céline Dion se confie sur la santé de René Angelil - TVA Nouvelles

Céline Dion se confie sur la santé de René Angelil | spectacle ...

Céline Dion chante avec deux chorales d'enfants pour le CHU Sainte-Justine