NOUVELLES

Une cour de Suède maintient l'ordre de détention contre Julian Assange

16/07/2014 04:35 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

STOCKHOLM - Un tribunal suédois a maintenu l'ordonnance de détention contre Julian Assange, mercredi, réaffirmant ainsi les bases juridiques d'un mandat d'arrêt international contre le fondateur de WikiLeaks, réfugié à l'ambassade de l'Équateur à Londres depuis deux ans.

Un des avocats de la défense, Per Samuelson, a dit qu'il allait étudier en détail la décision du juge afin de préparer un appel à une cour supérieure. Il a déclaré à l'Associated Press que ses arguments étaient «solides et puissants», et qu'ils ont été rejetés parce que «la juge ne s'est pas laissé suffisamment de temps pour réfléchir».

Le mois dernier, les avocats de M. Assange avaient déposé un document en cour afin de révoquer l'ordonnance de détention — imposée par une cour de Stockholm en novembre 2010 — sur le fondement que cette ordonnance ne pouvait pas être appliquée pendant qu'il se trouve à l'ambassade, et parce qu'elle limite ses droits civils.

M. Assange n'a pas été formellement accusé en Suède, mais la police veut l'interroger en raison d'allégations d'agressions sexuelles de la part de deux femmes qu'il a rencontrées lors d'une visite dans le pays scandinave en 2010. Il nie toutefois ces allégations.

Les procureurs suédois ont rejeté la possibilité de l'interroger à Londres. La procureure en chef, Marianne Ny, soutient que M. Assange «échappe à la justice en se réfugiant dans l'ambassade de l'Équateur», et qu'il «doit se rendre disponible en Suède afin de compléter l'enquête» et potentiellement faire face à la justice.

Même si la Suède avait abandonné le dossier de M. Assange, il ferait immédiatement face à une arrestation de la police britannique pour avoir violé les conditions de sa libération quand il a fui les autorités et s'est réfugié dans l'ambassade équatorienne. Les autorités policières maintiennent depuis une présence constante devant l'ambassade.

Lors d'une rencontre avec les journalistes le mois dernier afin de souligner son deuxième anniversaire à l'ambassade, M. Assange a déclaré qu'il n'avait aucune intention de se rendre en Suède, puisqu'il n'a aucune garantie qu'il ne sera pas ensuite envoyé aux États-Unis, là où une enquête est toujours en cours en ce qui concerne la distribution, par le biais de WikiLeaks, de centaines de milliers de documents secrets américains.

PLUS:pc