NOUVELLES

Qatar s'offre 50 Boeing 777X au troisième jour du salon de Farnborough

16/07/2014 08:41 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Qatar Airways a concrétisé mercredi l'achat de 50 Boeing 777X, seule commande ferme d'envergure au troisième jour du salon de Farnborough, où l'appétit des compagnies pour les long-courriers dans leur version modernisée se confirme.

La compagnie de Doha a acheté 50 exemplaires du futur 777-9X de l'avionneur américain, un contrat d'une valeur de 18,9 milliards de dollars au prix catalogue. Cette commande ferme fait suite à une intention d'achat dévoilée au salon aéronautique de Dubaï en 2013 et est assortie d'une option d'achat de 50 exemplaires supplémentaires.

Si ces options étaient exercées, le montant total de la commande atteindrait 37,7 milliards de dollars au prix catalogue, a précisé le transporteur qatari au salon aéronautique de Farnborough, dans les environs de Londres.

Boeing a également annoncé un protocole d'accord avec la compagnie privée chinoise Hainan Airlines portant sur 50 avions moyen-courriers remotorisés 737 MAX 8 d'une valeur de plus de 5,1 milliards.

Cette commande reste toutefois soumise au feu vert du gouvernement chinois, a précisé le constructeur américain.

La société de location d'avions MG Aviation a elle aussi finalisé une commande ferme pour deux long-courriers Boeing 787-9 Dreamliners, d'une valeur de 499 millions de dollars.

-Pas d'effet de rattrapage pour Airbus-

Son rival européen Airbus s'est fait plus discret mercredi avec un seul engagement de commande à la mi-journée de la part de la compagnie aérienne nationale mauricienne Air Mauritius.

Ce transporteur, qui souffre de la concurrence sur ses lignes vers l'Ile Maurice, s'est engagée à acquérir quatre A350-900 d'une valeur de 1,36 milliard de dollars au prix catalogue.

La compagnie a également annoncé qu'elle allait louer deux exemplaires de ce long-courrier, de nouvelle génération en matériaux composites.

Le directeur général d'Air Mauritius, Andree Viljoën, a souligné que ces appareils devaient remplacer les quadriréacteurs A340, très gourmands en kérosène.

Air Mauritius illustre ainsi le besoin des compagnies en avions plus économes.

Pour répondre à cette demande, Boeing a commercialisé le 787 Dreamliner et Airbus l'A350 dont la version A350-900 doit entrer en service à la fin de l'année.

Parallèlement, les deux avionneurs ont fait le choix de remotoriser leurs long-courriers plus anciens, le 777 et l'A330, dont les nouvelles versions ont été baptisées 777X et A330neo (new engine option).

L'appareil de Boeing entrera en service en 2020, celui d'Airbus est attendu pour fin 2017.

Ce dernier a été dévoilé lundi à l'occasion de l'ouverture du salon de Farnborough, événement aéronautique de l'année qui se tient jusqu'à dimanche.

Le constructeur européen avait besoin de lancer son A330neo car il n'enregistrait plus assez de commandes pour son long-courrier dans sa version classique. Il prenait le risque de laisser Boeing faire la course en tête sur le segment des long-courriers de taille moyenne (environ 300 sièges).

"Sans un A330neo au milieu de la décennie, Boeing aurait pu potentiellement s'arroger les deux tiers du segment du marché des long-courriers de moyenne catégorie", ont expliqué des experts du secteur à l'AFP.

Le lancement de l'A330neo, qui représente un investissement de moins de deux milliards d'euros, a été assorti d'engagements de commandes pour un total de 105 exemplaires. En l'absence de contrats fermes, Farnborough ne permet pas pour l'instant à l'avionneur européen de rattraper Boeing en terme de bilan commercial cette année.

Au premier semestre, Airbus était en effet largement distancé par Boeing avec 290 commandes nettes enregistrées après 225 annulations. Pour le seul mois de juin, Airbus a enregistré 122 annulations.

Boeing a lui engrangé 499 commandes nettes après 54 annulations du 1er janvier au 30 juin.

dt-jmi/pn/jeb

PLUS:hp