NOUVELLES

Ukraine : Obama défend l'imposition de nouvelles sanctions contre la Russie

16/07/2014 06:39 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT
Alex Wong via Getty Images
WASHINGTON, DC - JULY 16: U.S. President Barack Obama speaks about foreign policy in the Middle East and the Ukraine in the Brady Press Briefing Room on July 16, 2014 in Washington, DC. Obama formally announced new sanctions on Russia over increasing tensions on the Ukrainian border. (Photo by Alex Wong/Getty Images)

Le président américain Barack Obama a déclaré mercredi que l'imposition de nouvelles sanctions contre la Russie pour son rôle en Ukraine était la démonstration que Moscou ne pouvait pas agir impunément dans ce pays.

"Ce que nous attendons c'est que les dirigeants russes se rendent compte une fois de plus que leurs agissements en Ukraine ont des conséquences, notamment l'affaiblissement de l'économie russe et un isolement diplomatique croissant", a déclaré M. Obama lors d'une courte allocution à la Maison Blanche.

Il a indiqué avoir "en coordination avec les alliés (...), clairement fait savoir à la Russie qu'elle devait cesser le flot des armes et de combattants à la frontière (...) et faire pression sur les séparatistes pour libérer les otages et soutenir un cessez-le feu".

"Jusqu'à présent, la Russie n'a pris aucune de ces mesures", a-t-il ajouté et "le soutien de la Russie aux séparatistes et les violations de la souveraineté de l'Ukraine se poursuivent".

Peu avant, les Etats-Unis avaient annoncé un durcissement des sanctions économiques contre la Russie, en visant notamment le géant russe des hydrocarbures Rosneft.

"En imposant des sanctions à des entités du secteur financier et énergétique, le Trésor (américain) a augmenté les coûts de l'isolement économique de la Russie", a assuré le Trésor américain dans son communiqué.

Rosneft, à l'influence grandissante depuis qu'il est dirigé par un proche du président Vladimir Poutine, Igor Setchine, voit ainsi ses éventuels avoirs aux Etats-Unis gelés.

Les sanctions interdisent également aux entreprises américaines de mener des transactions avec le géant russe, devenu début 2013 le premier producteur de pétrole coté en Bourse dans le monde.

Le nouveau round de sanctions annoncé mercredi vise également la banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le Premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants, selon le communiqué du Trésor.

La Russie a aussitôt réagi, jugeant ces nouvelles sanctions "scandaleuses" et "totalement inacceptables" et promis d'y répondre par des mesures "douloureuses", selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Les Etats-Unis avaient menacé depuis plusieurs semaines de durcir leurs sanctions contre la Russie, accusée de déstabiliser l'est de l'Ukraine.

Les Etats-Unis ont également placé mercredi sur leur liste noire les autorités séparatistes de Donetsk et de Lougansk, qui tentent de faire sécession dans l'Est de l'Ukraine.

Huit entreprises russes de fabrication d'armes sont également ajoutées à la liste noire américaine, a annoncé le Trésor.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chronologie de la crise en Ukraine