NOUVELLES

Maroc: au moins 4 personnes interpellées après l'effondrement d'immeubles à Casablanca

16/07/2014 01:38 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Au moins quatre personnes ont été interpellées et placées en détention préventive après l'effondrement d'immeubles d'habitation qui a fait 23 morts à Casablanca, la capitale économique du Maroc, a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête.

L'effondrement de trois immeubles datant des années 1960, survenu vendredi avant l'aube dans l'arrondissement d'El Hank, a également fait plus de 50 blessés, dont une quinzaine était encore hospitalisée en début de semaine.

Des travaux menés au rez-de-chaussée d'un des édifices seraient à l'origine du drame, en même temps que la construction clandestine de plusieurs étages supplémentaires.

Le propriétaire du logement en travaux est décédé dans l'accident --son corps sans vie a été le dernier récupéré sous les gravats lundi--, mais ses deux fils ont été interpellés, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

L'entrepreneur en charge des travaux a également été arrêté et placé en détention, au même titre que l'architecte, a précisé cette source, notant que "l'enquête se poursuit".

"Les raisons directes semblent être liées à des travaux menés sans autorisation" et "de nombreux ajouts dans des habitations qui à l'origine étaient prévues pour être du RDC+1", a confirmé le ministre de l'Habitat, Nabil Benabdellah, sur les ondes d'Atlantic Radio.

"Il faut sortir de l'informel dans la construction et il faut que les pratiques de corruption qui peuvent exister et les passe-droits obtenus soient combattus", a-t-il ajouté.

Alors que le gouvernement a été critiqué pour son manque de communication durant les quatre jours de recherches, M. Benabdellah a assuré que celui-ci suivait "ce qui se passe". Le gouvernement "veillera à ce que l'enquête soit menée jusqu'au bout et que des décisions soient prises concernant les responsabilités", a-t-il avancé.

Dans un communiqué, la préfecture du Grand Casablanca a de son côté défendu son action, et réfuté "les accusations gratuites véhiculées par certains médias".

Plusieurs milliers de logements insalubres menacent de s'effondrer à Casablanca, mégalopole de cinq millions d'habitants, selon diverses études.

Des programmes de réhabilitation et de relogement ont été lancés ces dernières années, notamment à destination des habitants des bidonvilles de l'agglomération.

cor-gk/ob/faa

PLUS:hp