NOUVELLES

Livraison d'armes chinoises à l'armée sud-soudanaise (officiel)

16/07/2014 12:39 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

L'armée sud-soudanaise, qui affronte depuis décembre 2013 une rébellion, a reçu récemment de l'armement chinois, dont des lance-missiles antichar, a confirmé mercredi à l'AFP le ministre sud-soudanais de la Défense.

Selon le ministre, Kuol Manyang Juuk, le contrat de fourniture d'armement a été conclu avec l'entreprise publique chinoise China North Industries Corp. (Norinco) en 2012, soit plus d'un an avant que n'éclate l'actuel conflit qui ensanglante le jeune Soudan du Sud.

Il a confirmé des informations de l'agence Bloomberg faisant état de la récente livraison notamment de 100 lance-missiles antichar HJ-73 et de 1.200 missiles.

Parmi le reste de l'armement chinois reçu par l'armée sud-soudanaise figurent plus de 9.000 fusils d'assaut AK-56 - copie chinoise du AK-47 Kalachnikov -, plus de 2.000 lance-grenades, plus de 300 lance-roquettes de type RPG, 80 mitrailleuses et 600 armes de poing, avec de nombreuses munitions.

"Le contrat a été passé en 2012, en vue de professionnaliser notre armée", issue du mouvement de guérilla qui a combattu Khartoum durant des décennies jusqu'à l'indépendance en 2011, a déclaré le ministre à l'AFP.

"Désormais en tant que pays souverain, nous devons construire notre armée et donc commander des armes", "nous devons défendre le pays et l'intégrité de la Constitution du pays", a-t-il ajouté.

Le Soudan du Sud, né sur les décombres de plusieurs décennies de conflit contre Khartoum, a replongé dans la guerre le 15 décembre quand des combats ont éclaté au sein de l'armée, sur fond de tensions attisées par la rivalité entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar qui a pris la tête des troupes rebelles.

Les combats, accompagnés de massacres ethniques, ont fait des milliers, voire des dizaines de milliers de morts et chassé de chez eux plus de 1,5 million de Sud-Soudanais.

Le Soudan du Sud est sous le coup d'un embargo européen sur les armes. La Chine a massivement investi dans le secteur pétrolier sud-soudanais, dont elle est également l'un des premiers acheteurs. De nombreux puits sont à l'arrêt en raison du conflit actuel.

str-ayv/tmo/jmc

PLUS:hp