NOUVELLES

Le président syrien Bachar el-Assad prête serment pour un troisième mandat

16/07/2014 08:06 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

DAMAS, Syrie - Proclamant la victoire des Syriens dans la «guerre sale» orchestrée par des étrangers, le président Bachar el-Assad a prêté serment, mercredi, amorçant son troisième mandat de sept ans au coeur d'une guerre civile sanglante ayant fait des ravages dans le pays arabe.

La télévision d'État syrienne a diffusé ce qu'elle a présenté comme une cérémonie en direct à partir du palais présidentiel à Damas. On y a vu Bachar al-Assad marchant sur un tapis rouge, passant en revue la garde d'honneur avant d'entrer dans le hall rempli de membres du Parlement et de représentants chrétiens et musulmans. Il a placé sa main sur le Coran, promettant de respecter la «Constitution du pays, ses lois et son système républicain».

Bachar el-Assad y est ensuite allé d'un discours dans lequel il a salué les Syriens pour être sortis victorieux de «la guerre sale» lancée contre eux.

Au cours des trois années de combats, Bachar el-Assad a persisté à dire que le conflit qui a déchiré le pays était un complot soutenu par l'Occident et exécuté par des «terroristes» — et non un soulèvement populaire inspiré par le Printemps arabe, réclamant une voie démocratique et décriant son régime autoritaire.

Alors que le conflit a glissé vers une guerre civile, Bachar el-Assad a refusé de se retirer, et le mois dernier, il a été réélu dans un processus vu comme une mascarade par l'opposition et ses alliés occidentaux.

Bachar el-Assad a remporté 88,7 pour cent des voix lors de la première élection à multiples candidats depuis plusieurs décennies. Cependant, les résidents des secteurs menés par l'opposition syrienne n'ont pas pu participer à l'élection, excluant ainsi du scrutin des millions de citoyens.

Plus de 170 000 personnes ont été tuées depuis le début de la guerre civile, il y a maintenant quatre ans, et le tiers de la population a été déplacé.

Les violences ont d'ailleurs continué à travers le pays mercredi, dont à Damas.

L'agence de presse officielle de la Syrie, SANA, a indiqué que quatre personnes avaient été tuées et 30 autres blessées quand des obus de mortier ont explosé dans différents quartiers de Damas. Elle a rapporté que des «terroristes» avaient tiré quatre obus dans le secteur de Chaalane, tuant quatre personnes et en blessant 22, alors que deux autres obus ont frappé près de la grande mosquée des Omeyyades, blessant cinq autres personnes.

Reflétant les menaces sur le président, la cérémonie d'assermentation s'est tenue pour la première fois au palais présidentiel, et non au Parlement syrien, comme cela avait été la tradition jusqu'ici.

La télévision syrienne n'a annoncé que mercredi matin qu'il serait assermenté à midi ce jour-là. Son précédent mandat se concluait ce jeudi, et on s'attendait plutôt à ce qu'il soit assermenté lors de cette journée.

PLUS:pc