NOUVELLES

L'armée israélienne et le Hamas acceptent une pause «humanitaire»

16/07/2014 08:52 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

GAZA, Territoire palestinien - L'armée israélienne et le Hamas ont tous deux accepté une trève humanitaire de cinq heures, négociée par l'ONU, dans la Bande de Gaza au cours de la journée de jeudi.

Les bombardements israéliens contre Gaza ont tué plus de 200 Palestiniens, dont quatre garçons qui ont atteint par des obus tirés par un navire israélien alors qu'ils s'amusaient sur une plage.

Tsahal a annoncé qu'elle cesserait le feu pour cinq heures à partir de 10 h jeudi matin, afin de permettre aux Palestiniens de refaire le plein en eau, nourriture et autres produits essentiels. Elle a toutefois averti qu'elle allait riposter «fermement» si le Hamas ou d'autres groupes militaires attaquaient Israël pendant cette période. Elle a également dit que les résidents des trois quartiers de Gaza qui avaient été exhortés d'évacuer mercredi devaient avoir quitté avant la fin de la pause.

Plus tard, un porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a indiqué que l'organisation, après avoir consulté diverses factions, respectera la trève et s'abstiendra de tirer des roquettes au cours de ce laps de temps.

L'adjoint du porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Farhan Haq, a déclaré à l'Associated Press mercredi que le coordonnateur spécial pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry, avait fait la demande d'une «pause humanitaire unilatérale» après avoir discuté avec le bureau israélien de coordination des affaires gouvernementales en territoire palestinien.

L'annonce est survenue après une journée de frappes aériennes israéliennes et de tirs de roquettes de militants palestiniens, à la suite du rejet par le Hamas d'une proposition de cessez-le-feu qui avait été acceptée par Israël afin de mettre fin à un conflit de neuf jours qui, selon les autorités, a fait au moins 213 victimes du côté des Palestiniens et une du côté des Israéliens.

Les quatre garçons tués mercredi, qui étaient cousins et âgés entre neuf et 11 ans, jouaient sur la plage au large d'une route côtière à l'ouest de la ville de Gaza, a affirmé Ashraf Al Kedra, un médecin palestinien. Sept autres personnes ont été blessées lors de l'attaque, qui aurait été perpétrée par un navire militaire mouillant au large des côtes.

L'armée israélienne a dit qu'elle enquêtait sur l'incident.

Le Hamas a tiré des dizaines de roquettes contre Israël, mercredi, au lendemain du déraillement rapide d'une proposition égyptienne de trêve au Proche-Orient. L'organisation a promis de ne pas convenir d'un cessez-le-feu avant que ses demandes ne soient respectées, incluant l'assouplissement des contrôles aux frontières et la libération de membres du Hamas relâchés par Israël lors d'un échange de prisonniers en 2011 mais arrêtés de nouveau le mois dernier en Cisjordanie.

Le porte-parole Sami Abou Zouhri a déclaré, mercredi, en conférence de presse, que le Hamas se sentait «seul sur le terrain», sans grand soutien du monde arabe. Il a appelé le président palestinien Mahmoud Abbas, de la faction rivale du Fatah, en Cisjordanie, à soutenir le refus par le Hamas de la proposition de trêve égyptienne.

Le site Web du ministère de l'Intérieur à Gaza a affirmé que les avions israéliens avaient mené des dizaines de frappes tôt mercredi, ciblant 30 maisons, incluant celles d'importants dirigeants du Hamas Mahmoud Zahar, Jamila Shanti, Fathi Hamas et Ismaël Ashkar.

Mahmoud Zahar était une figure importante de la reprise violente de Gaza par le Hamas en 2007, tandis que les trois autres étaient des membres du Parlement palestinien élus en 2006.

PLUS:pc