NOUVELLES

Des milliers de Russes aux obsèques de la dissidente soviétique Novodvorskaïa

16/07/2014 10:43 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Des milliers de Russes se sont rendus mercredi aux obsèques de la dissidente soviétique Valeria Novodvorskaïa, décédée samedi à l'âge de 64 ans, pour rendre un dernier hommage à Moscou à cette femme devenue une critique acerbe du régime actuel.

Au cours de la cérémonie d'hommage, organisée par le centre Sakharov (du nom de l'académicien dissident Andreï Sakharov), des citoyens ordinaires mais aussi des figures de l'opposition, comme Nadejda Tolokonnikova, membre du groupe contestataire Pussy Riot sont venus déposer des gerbes de fleurs sur le cercueil de la dissidente, ouvert comme le veut la tradition russe.

La foule a scandé des slogans comme "Les héros ne meurent pas" ou encore "La Russie sera libre".

Valeria Novodvorskaïa avait été placée de force à l'âge de 19 ans, en 1969, dans un hôpital psychiatrique pour avoir distribué des tracts contre le régime soviétique. Elle avait été traitée de force pendant un an et demi aux neuroleptiques.

L'internement des opposants sains d'esprit en asile psychiatrique était une pratique courante en URSS à partir des années soixante.

Après la chute de l'URSS, Valeria Novodvorskaïa avait créé l'un des premiers partis d'opposition en Russie, l'Union démocratique.

"Je me souviens d'elle pendant la Perestroïka, je rends hommage à son intransigeance et à son courage", a déclaré Mikhail Gorbatchev, le dernier dirigeant soviétique.

Après l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, Valeria Novodvorskaïa, qui parlait couramment anglais et français, était aussi devenue l'une de ses plus acerbes critiques.

"Je suis mariée à Poutine (...) je ne le supporte pas et il ne me supporte pas", avait écrit, non sans ironie, cette femme qui ne s'est jamais mariée, en 2009.

Le président russe a exprimé samedi ses condoléances aux proches de la dissidente.

all/lap/nm/fw

PLUS:hp