POLITIQUE

Christine St-Pierre et Jean-François Lisée mettent fin à leur querelle

16/07/2014 03:30 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT
PC

L'ancien ministre des Relations internationales, Jean-François Lisée, accepte les excuses que lui a offertes mercredi après-midi sa successeure libérale, Christine St-Pierre. Cette dernière s'est aussi excusée auprès de sa famille, qu'elle reconnaît avoir pu blesser, et a même retiré ses propos sur ses déplacements en France.

« Mes déclarations ont pu être interprétées comme mettant en cause l'intégrité de M. Lisée. Je tiens à les retirer. Je comprends aussi que mes déclarations ont pu blesser M. Lisée, son épouse, sa famille, et je tiens à m'en excuser », a-t-elle déclaré à la sortie du Conseil des ministres, mercredi après-midi.

« Je pense que cest important de se battre pour son intégrité et pour la réputation de sa famille et lorsque des excuses sont données, il faut les accepter », a réagi M. Lisée, soulagé.

La ministre libérale répond ainsi à la demande de M. Lisée, qui menaçait de la poursuivre en diffamation à moins qu'elle s'excuse et se rétracte. La même journée, elle s'était pourtant contentée de publier un communiqué laconique dans lequel elle affirmait n'avoir posé que des « questions légitimes ».

Pour M. Lisée, le dossier est maintenant clos. « Elle s'est rendue aux demandes que je lui ai faites », a-t-il justifié, sachant que « c'était très difficile pour Mme St-Pierre de faire ce qu'elle a fait aujourd'hui ».

Enquête administrative

Le ministère des Relations internationales procédera à des vérifications administratives sur cette affaire. Le résultat sera transmis à M. Lisée, a indiqué la ministre St-Pierre.

« Je vais attendre de le recevoir », a simplement répliqué le député péquiste, soulignant que l'important était que les allégations sur son intégrité soient retirées.

La ministre libérale a insinué sur plusieurs tribunes la semaine dernière que Jean-François avait profité de son statut de ministre des Relations internationales pour faire des escales en France à des fins privées, aux frais des contribuables. Elle avait souligné le fait qu'il s'était rendu 11 fois à Paris, où habite sa conjointe et ses enfants.

M. Lisée a dénoncé mardi une atteinte à son intégrité, qu'il estimait basée sur des propos mensongers. Il affirmait n'avoir réalisé que cinq missions en France, soit moins que le ministre libéral Pierre Arcand sur une même période. Il reconnaissait aussi avoir fait cinq escales à Paris dans le cadre d'autres voyages et avoir vu sa famille, mais en payant chaque fois les frais supplémentaires.

INOLTRE SU HUFFPOST

Jean-François Lisée répond aux attaques de Christine St-Pierre