NOUVELLES

Vente de Mistral à la Russie: arrivée en France de la moitié du deuxième bateau

15/07/2014 03:18 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

La moitié du deuxième navire militaire de type Mistral qui doit être achevé sur des chantiers navals français pour l'état russe, alors que cette vente suscite la controverse sur fond de crise ukrainienne, est arrivé mardi soir au port de Saint-Nazaire (ouest), a constaté l'AFP.

Ce deuxième navire doit être baptisé du nom de "Sébastopol", une ville située en Crimée, territoire qui a été rattaché à la Russie en mars, alimentant les tensions entre Kiev et Moscou. Construite en Russie, la moitié arrière doit être assemblée à la partie avant, construite par les chantiers navals STX à Saint-Nazaire.

Une opération similaire, avec construction d'une partie du navire en Russie puis assemblage à l'autre partie réalisée à Saint-Nazaire, avait déjà été menée pour le "Vladivostok", premier des deux Bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral vendus aux Russes. Le "Vladivostok", qui est actuellement en phase d'essais en mer, sera livré à l'automne.

Quelque 400 marins russes, qui constitueront les équipages des deux navires, ont rejoint Saint-Nazaire le 30 juin pour être formés pendant quatre mois au maniement des bâtiments.

Ces marins n'étaient pas visibles à l'arrivée de l'arrière du "Sébastopol". Mais quelques dizaines d'habitants assistaient depuis les jetées à la délicate manoeuvre de l'impressionnante pièce détachée, par quatre remorqueurs, avant son entrée dans la cale de construction.

La livraison du "Vladivostok", prévue à l'automne, et du "Sébastopol" un an plus tard, provoque des tensions entre Paris et ses alliés.

Le président américain Barack Obama avait encore exprimé début juin son "inquiétude" sur la poursuite de tels contrats au moment où la Russie "a violé la loi internationale" en rattachant la Crimée à son territoire.

Quelques dizaines d'opposants français ont notamment manifesté dimanche à Paris, après l'avoir fait à deux reprises à Saint-Nazaire en juin. A Kiev, trois cents personnes ont manifesté lundi devant l'ambassade de France pour protester contre la vente des navires de guerre au moment où la tension entre Kiev et Moscou est très vive en raison de la rébellion séparatiste prorusse dans l'Est de l'Ukraine.

cor-axt/blb/cgu

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING

THALES

PLUS:hp