NOUVELLES

USA: 200 enfants clandestins seuls arrivent chaque jour à la frontière

15/07/2014 11:50 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

L'arrivée massive aux Etats-Unis de mineurs non accompagnés depuis l'Amérique centrale a débordé les autorités américaines, qui reconnaissent n'avoir pas les moyens financiers et juridiques de freiner l'afflux de clandestins. En réaction, le Congrès évoquait mardi l'assouplissement des conditions d'expulsion de mineurs.

- UNE VAGUE SANS PRÉCÉDENT

Plus de 57.000 enfants non accompagnés de zéro à 17 ans ont été interpellés à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique entre le 1er octobre, début de l'année budgétaire 2014, et fin juin. Le gouvernement s'attend à un total de 90.000 d'ici la fin septembre, contre environ 39.000 en 2013, 25.000 en 2012, et 16.000 en 2011. En 2015, le gouvernement en prévoit jusqu'à 145.000.

Au total, le nombre de sans-papiers arrêtés à la frontière Sud (adultes et enfants confondus), après avoir atteint un pic de 1,2 million en 2005, a chuté à environ 328.000 en 2011, avant de remonter en 2013 à 414.000.

- LES MINEURS NON ACCOMPAGNES

Ils arrivent au rythme de 200 à 250 par jour, selon le secrétaire à la Sécurité intérieure, Jeh Johnson. S'ils sont seuls et ne sont pas originaires d'un pays frontalier, le gouvernement américain doit les placer, sous 72 heures, dans des foyers, pour y recevoir des soins médicaux et psychologiques ainsi que des services d'aide juridique. Ils y passent en moyenne 34 jours, avant d'être remis, dans 85% des cas, à un membre de leur famille déjà présent aux Etats-Unis, en attendant que leur cas soit examiné au tribunal.

Mais à cause de l'afflux sans précédent, dans la première semaine de juillet, environ 2.000 enfants se trouvaient toujours dans des centres de détention de la police aux frontières au-delà des 72 heures requises, en attente leur placement dans des foyers.

Trois foyers temporaires d'urgence ont été ouverts par le département de la Santé sur des bases militaires au Texas (San Antonio), dans l'Oklahoma (Lawton) et en Californie (Oxnard).

- D'OÙ VIENNENT-ILS, OÙ VONT-ILS?

Les trois quarts des clandestins viennent de trois petits pays d'Amérique centrale: Guatemala, Honduras et Salvador. Pour le seul cas du Honduras, alors qu'en 2009 968 enfants avaient traversé la frontière, ils sont déjà plus de 15.000 cette année.

L'immense majorité sont interpellés dans une zone spécifique de la frontière, dans la vallée du Rio Grande dans le sud du Texas. "Cette population, pour la plupart, veut être interpellée. Ils ne cherchent pas à échapper à la police", a expliqué Jeh Johnson.

Le nombre d'enfants clandestins a déjà dans le passé été très élevé (plus de 100.000 par an entre 2004 et 2006), mais alors qu'ils étaient autrefois très majoritairement mexicains, ils viennent désormais d'Amérique centrale et sont généralement seuls.

- LES EXPULSIONS D'ENFANTS

En moyenne, récemment, 1.800 enfants non accompagnés étaient expulsés chaque année par les autorités américaines, après décision de justice, ce qui fait dire aux partisans des expulsions systématiques que la prise de risque est payante pour les familles qui paient les passeurs pour envoyer leurs enfants seuls.

Le président Barack Obama et des parlementaires souhaitent amender une loi anti-trafic d'êtres humains de 2008, afin d'accélérer les expulsions de mineurs en provenance de pays non frontaliers.

- UNE IMMENSE FRONTIÈRE

Les Etats-Unis et le Mexique partagent une frontière d'environ 3.200 km. En Californie, en Arizona et au Nouveau-Mexique (environ 1.100 km), la frontière est presque totalement équipée de barrières plus ou moins hautes. Mais la frontière fluviale sur la partie texane, formée du Rio Grande, est beaucoup plus poreuse.

Les interpellations de clandestins se concentrent dans le secteur autour de la ville de McAllen, à l'extrême sud de la frontière.

Sources: U.S. Customs and Border Protection, auditions au Congrès, Bipartisan Policy Center.

ico/sam

PLUS:hp