NOUVELLES

Un président du Parlement irakien est désigné dans une première étape importante

15/07/2014 02:02 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

BAGDAD - Les législateurs irakiens ont dénoué l'impasse, mardi, et ont élu un nouveau président du Parlement. Il s'agit d'une première étape vers la formation d'un nouveau gouvernement largement perçue comme cruciale dans la bataille contre des insurgés ayant pris le contrôle d'une partie importante du pays.

Néanmoins, le doute planait à savoir si les législateurs avaient conclu une entente plus large qui inclurait l'enjeu le plus litigieux — le choix d'un premier ministre. Nouri al-Maliki, qui occupe ces fonctions depuis 2006, subit une pression intense pour se retirer. Jusqu'à maintenant, il persiste à dire qu'il demeurera pour un troisième mandat.

Le sunnite Salim al-Jubouri a été désigné avec 194 voix sur les 273 exprimées dans le Parlement de 328 sièges. Un second candidat a obtenu 19 voix, et il y a eu 60 abstentions.

Le législateur chiite Abbas al-Bayati a fait valoir que la conclusion de cette étape démontrait l'«unité nationale et démocratique du pays».

Deux vice-présidents ont aussi été élus, un chiite et un kurde.

Selon la constitution, le Parlement a désormais 30 jours pour élire un président, qui aura ensuite 15 jours pour demander au chef du bloc le plus important au Parlement de former le gouvernement. Par la suite, un premier ministre serait désigné.

Selon un accord informel mis en place après l'invasion menée par les États-Unis en 2003, le siège du président de la Chambre revient à un sunnite, la présidence à un kurde et le poste de premier ministre à un chiite.

Après avoir semblé sur le point de s'effondrer sous les offensives d'insurgés sunnites menés par un groupe appelé État islamique, les forces de sécurité irakiennes ont repris un peu de contrôle, menant à une stabilisation des positions des parties.

Des affrontements et des attaques continuent d'avoir lieu quotidiennement dans les principales zones de conflits, incluant mardi dans deux villes au sud de la capitale.

Deux explosions ont tué au moins neuf personnes dans la ville de Madain, tandis qu'une bombe en bordure de route a tué quatre soldats durant une patrouille à Youssifiyah.

PLUS:pc