POLITIQUE

Jean-François Lisée menace de poursuivre la ministre Christine St-Pierre (VIDÉO/TWITTER)

15/07/2014 10:10 EDT | Actualisé 15/07/2014 10:10 EDT
Assemblée nationale du Québec

QUÉBEC - Choqué par ce qu'il considère être une attaque envers sa famille, le député péquiste Jean-François Lisée a demandé mardi des excuses formelles à la ministre des Relations internationales Christine St-Pierre. Faute de quoi, il poursuivra la ministre devant les tribunaux pour diffamation.

Le député de Rosemont en a fait l'annonce lors d'un point de presse en compagnie de sa conjointe, Sandrine Perrot, et du chef de l'opposition officielle, Stéphane Bédard.

Voyez ci-dessous un extrait du point de presse. Crédit vidéo: Archives, Assemblée nationale du Québec:


«Je lui demande [...] d'émettre d'ici une semaine une rétractation complète de ses allégations et d'exprimer ses excuses envers ma famille. Sinon, j'engagerai une poursuite en diffamation», a-t-il déclaré.

La ministre s'est questionnée publiquement la semaine dernière sur le nombre de voyages que Jean-François Lisée a effectués en France lors de son mandat de 18 mois comme ministre des Relations internationales. Jean-François Lisée profitait de ces voyages pour prolonger son séjour et visiter sa conjointe, chercheure à Sciences Po à Paris, et leurs enfants, alors installés en France. Le député assure que ces séjours n'ont entraîné aucun coûts supplémentaires pour les contribuables.

Christine St-Pierre a affirmé qu'il s'était rendu onze fois en France, Jean-François Lisée compte plutôt cinq voyages et cinq escales. En plus de ses cinq voyages en France, Jean-François Lisée affirme avoir effectué cinq missions diplomatiques aux États-Unis et six autres ailleurs dans le monde.

Le député a jugé «irresponsables» les propos de la ministre, en plus de les qualifier de «mensongers et diffamatoires». «Ce n'est pas vrai qu'on peut salir une réputation et s'en sauver, a-t-il dit. C'est le combat que je vais mener.»

Une telle poursuite, a ajouté Jean-François Lisée, lui coûterait plusieurs milliers de dollars. Il demande à la ministre St-Pierre de s'engager à payer elle-même sa défense, si l'affaire devait se rendre à procès.

Jean-François Lisée a également promis qu'il n'acceptera pas d'entente hors cour, puisqu'il souhaite obtenir des excuses publiques.

Pour le moment, le député de Rosemont n'a pas fait parvenir de mise en demeure à la ministre.

L'ex-ministre affirme que ses séjours prolongés en France n'ont rien coûté aux contribuables. Il affirme avoir payé lui-même les frais de son chauffeur et que son garde du corps ne l'accompagnait pas dans ses déplacements à l'étranger.

Pour Jean-François Lisée, comme pour Stéphane Bédard, ces allégations visent à distraire les médias de l'affaire entourant le ministre Yves Bolduc. Ce dernier a reçu des primes pour son travail de médecin, en plus de son salaire de député, lors de son passage dans l'opposition.

Événement exceptionnel, la conjointe de Jean-François Lisée a pris la parole lors du point de presse tenu à l'Assemblée nationale. Sandrine Perrot a affirmé être présente pour soutenir son conjoint, mais également «parce que c'est notre vie privée, notre vie familiale, qui a été mise sur la place publique cette semaine par la ministre».

«Je tenais à dire aussi, et peut-être surtout, en tant que mère, que je suis profondément choquée que notre vie familiale ait pu être utilisée à des fins purement politiciennes, a-t-elle dit. La ministre a dit des faussetés. Elle a mis notre famille sur la place publique, sciemment, en espérant des gains politiques, et sans égards, sans respect, pour notre couple, pour notre famille, pour nos enfants.»

La ministre Christine St-Pierre n'avait pas réagi au moment de publier.

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?