NOUVELLES

Iran : prolongement des discussions "hautement probable" (diplomate)

15/07/2014 02:34 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

Une prolongation des discussions sur le nucléaire iranien entre l'Iran et les grandes puissances au-delà de la date butoir du 20 juillet, dimanche prochain, est "hautement probable", et ce, "dans les mois à venir", a déclaré mardi un diplomate occidental.

"Comme il est hautement improbable qu'on finalise à Vienne d'ici à la fin de la semaine, il est hautement probable qu'on souhaitera continuer à discuter dans les mois à venir", a déclaré ce diplomate qui s'exprimait en marge des pourparlers sous le couvert de l'anonymat.

Parvenir à un accord sur le programme nucléaire de Téhéran dans "les semaines qui suivent, ça n'a pas beaucoup de sens", a souligné ce diplomate, estimant qu'en outre, il y aura "forcément un petit break" au cours de l'été.

Il a indiqué qu'après deux jours de discussions intensives entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry - qui a d'ores et déjà quitté Vienne -, et son homologue iranien, toute l'attention des parties prenantes sera concentrée sur une prolongation des pourparlers. Un accord sur les modalités d'un prolongement pourrait intervenir avant la fin de la semaine.

Concernant l'avancement des discussions, "on ne peut pas dire que les choses vont dans le mauvais sens, les choses vont plutôt dans le bon sens, mais sur le sujet principal (à savoir l'enrichissement de l'unanium), en tout cas le plus difficile, on est encore très loin du compte", a relevé le diplomate.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a recommandé mardi d'étendre au-delà de la date butoir du 20 juillet le délai pour conclure un accord sur les activités nucléaires de Téhéran avec les grandes puissances.

"Au point où nous en sommes aujourd'hui, nous avons fait suffisamment de progrès pour être en mesure de dire à nos chefs politiques que c'est un processus qui vaut la peine d'être poursuivi", a déclaré M. Zarif au cours d'une conférence de presse à Vienne après ses entretiens avec John Kerry.

M. Kerry a de son côté reconnu qu'il restait "de réelles divergences sur des points cruciaux", et évoqué l'hypothèse d'un prolongement.

"Je retourne aujourd'hui à Washington pour discuter avec le président Obama et les leaders du Congrès sur les perspectives de parvenir à un accord global ainsi que sur la prochaine étape si nous n'y parvenons pas d'ici au 20 juillet", a-t-il ajouté.

"Cela inclut la question de savoir s'il faut donner plus de temps ou pas (à la négociation)", a-t-il précisé.

Les Iraniens et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne) tentent de parvenir à un accord visant à encadrer le programme nucléaire iranien, qui empoisonne les relations internationales depuis 10 ans.

Le principal point d'achoppement des négociations porte sur la capacité d'enrichissement de l'uranium, qui sert à alimenter les centrales nucléaires pour la production d'électricité mais aussi -poussé à un niveau élevé- à la fabrication de l'arme atomique

VVstu/ec/mr/sym

PLUS:hp