NOUVELLES

Gaza: nouveaux raids israéliens avant une possible trêve, 2 Palestiniens tués

15/07/2014 01:21 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

L'aviation israélienne a mené depuis lundi minuit 25 nouveaux raids sur la bande de Gaza ayant fait deux morts parmi les civils palestiniens à l'approche d'une possible trêve proposée par l'Egypte, selon des sources concordantes

"Ces raids ont visé des objectifs terroristes", a affirmé mardi une porte-parole militaire israélienne. Selon elle, deux roquettes tirées de la bande de Gaza sont tombées dans le sud d'Israël, sans faire ni victime ni dégât.

Une femme et un vieillard ont été tués par deux de ces raids aériens dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué le porte-parole des services de secours Achraf al-Qoudra.

La femme a été tuée et un homme a été blessé dans un raid sur Rafah près de la frontière avec l'Egypte. Le vieillard a péri à Khan Younès, a-t-on ajouté de même source.

En une semaine, les bombardements israéliens ont fait 189 morts et près de 1.300 blessés dans la bande de Gaza, selon des services de secours. Ce bilan dépasse les 177 Palestiniens tués lors de la précédente opération israélienne de grande envergure contre l'enclave palestinienne en novembre 2012.

En Israël, le cabinet de sécurité devait se réunir tôt dans la matinée pour discuter d'une proposition de trêve, supposée entrer en vigueur à partir de 06H00 GMT, présentée lundi par l'Egypte, a annoncé la radio publique israélienne.

Selon la radio, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et la majorité de son cabinet sont favorables à la proposition égyptienne.

Mais le Hamas palestinien, qui contrôle la bande de Gaza, a rejeté tout cessez-le-feu qui n'inclurait pas un accord complet sur le conflit l'opposant à Israël, a déclaré un porte-parole du mouvement islamiste, Fawzi Barhoum.

La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a elle aussi rejeté la proposition égyptienne, qualifiée de "reddition", et a menacé d'"intensifier" sa lutte contre Israël.

Le Hamas exige l'arrêt des bombardements, la fin du blocus de Gaza en place depuis 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération des prisonniers arrêtés de nouveau après avoir été relâchés dans le cadre d'un accord d'échange contre un soldat israélien en 2011.

jlr-my/feb

PLUS:hp