POLITIQUE

Un concours aux frais des contribuables pour remplir les bases de données du Parti conservateur

15/07/2014 09:13 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Des députés conservateurs recueillent depuis des années des données sur leurs électeurs à l'aide d'un concours postal défrayé par les contribuables et portant sur le patriotisme.

Il s'agit de l'un des nouveaux moyens employés par les partis fédéraux pour entrer en contact avec les électeurs et «prendre le pouls» d'une circonscription sur diverses questions importantes, à une époque où identifier des partisans potentiels ouvre la voie vers des gains électoraux.

Dans le cas des conservateurs, des députés ont posté un dépliant en couleurs comportant un drapeau canadien. Les électeurs sont appelés à renvoyer une carte déjà affranchie comprenant une série de questions et un espace pour inscrire leurs noms et adresses.

«La circonscription affichant le plus grand nombre de drapeaux... obtiendra la titre de "Circonscription la plus patriotique du Canada», indique ainsi la députée manitobaine Shelly Glover dans un rapport publié cet été. Les gens recevant ces dépliants ne savent pas que le titre n'est offert qu'à une circonscription conservatrice.

Ces dépliants ont été conçus il y a plusieurs années par le Conservative Research Group — un organisme financé par les Communes. Chaque député peut les modifier à sa convenance.

Le concours de patriotisme est parfois mentionné dans les journaux locaux. Mais certains électeurs ne sont pas aussi enthousiastes. Clare Pieuk, un blogueur de Winnipeg, s'est ainsi plaint au bureau de Mme Glover à propos des envois de drapeaux et de leur coût pour les contribuables.

«Cela m'agace de voir qu'elle affirme tenter de promouvoir le patriotisme au Canada et dans sa circonscription, mais quand vous jetez un coup d'oeil plus attentivement, elle recueille beaucoup d'informations. Mais ce n'est pas comme ça que les gens le voit», a-t-il dit.

Selon un autre député, Guy Lauzon, le questionnaire accompagnant le drapeau est un outil pratique pour faire le point sur les besoins des électeurs, et non pas seulement ceux qui lui accordent leur confiance.

«Les gens sont négatifs à propos de ces dépliants, mais c'est une façon merveilleuse de rejoindre des milliers de gens et pour obtenir leur avis», déclare-t-il, avant d'ajouter qu'il avait utilisé les données recueillies pour aider à fournir des services aux citoyens handicapés.

Le député indépendant Brent Rathgeber, qui a quitté le caucus conservateur l'an dernier, dit cependant être certain que les informations recueillies sont parfois transmises aux bases de données du Parti conservateur à des fins électorales.

«Selon moi, il serait inapproprié de collecter ces données à des fins partisanes, puisqu'elles sont recueillies à l'aide des ressources des contribuables, mais je ne suis pas assez naïf pour croire que cela ne se produit pas», lance-t-il.

«Je vous dit clairement que les gens le font.»

Les conservateurs ne sont d'ailleurs pas les seuls.

Tous les partis aux Communes utilisent de tels envois postaux pour rejoindre leur électeurs, et posent des questions similaires.

Aucune loi ne s'attaque à la question du partage d'informations parlementaires avec les bases de données des partis, pas plus que le commissaire à la protection de la vie privée n'a d'influence sur les politiciens.

David Coletto, principal dirigeant de la firme de recherche Abacus Data, affirme que les organisations collectant des données cherchent toujours de nouvelles façons de persuader les gens de répondre. L'idée du concours de patriotisme, en plus d'être l'une de ces idées originales, envoie aussi le message que le Parti conservateur est patriotique.

Les envois postaux payés par les Communes sont une façon de recueillir des informations sans débourser un sou, mais M. Coletto estime qu'il ne s'agit pas nécessairement de la méthode la plus efficace. Ces données doivent être étayées à l'aide d'autres études.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper