NOUVELLES

Jeux en ligne: Bruxelles incite les Etats à appliquer une liste de principes

14/07/2014 06:28 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

La Commission européenne a publié lundi une recommandation comportant une liste de principes qu'elle aimerait voir appliquer par les Etats membres en matière de jeux en ligne pour mieux protéger les joueurs, en particulier les mineurs.

"Nous devons mieux protéger nos concitoyens, et en particulier nos enfants, des risques liés aux jeux d'argent et de hasard", a affirmé dans un communiqué le commissaire européen chargé du Marché intérieur, Michel Barnier.

"Nous attendons à présent des Etats membres, mais aussi des opérateurs de sites web de jeux d'argent et de hasard, qu'ils se montrent à la hauteur de notre volonté de garantir aux consommateurs de toute l'UE un niveau de protection élevé dans ce secteur numérique en plein essor", a-t-il ajouté.

Les Etats membres sont invités à intégrer dans leur réglementation les principes recommandés par la Commission.

Les sites de jeux d'argent et de hasard sont notamment invités à répondre à des exigences minimales d'information pour que les joueurs comprennent bien les risques.

Il est recommandé aux opérateurs d'instaurer un compte où les joueurs inscrivent leur âge et leur identité, et à le vérifier. La Commission estime que ces sites devraient aussi offrir aux joueurs la possibilité de se fixer des limites de dépenses et de recevoir des alertes sur les gains ou les pertes accumulés.

Aux Etats, la Commission recommande de veiller à ce que les mineurs ne puissent pas jouer à des jeux d'argent ou de hasard en ligne, de mettre en place des campagnes de sensibilisation sur les risques qu'ils comportent et de désigner des autorités de réglementation compétentes.

La Commission rappelle que l'UE compte près de sept millions d'utilisateurs de ces services, soit 45% du marché mondial des jeux d'argent et de hasard en ligne.

Entre 0,1 et 0,8% de la population adulte souffre d'un trouble lié aux jeux d'argent et de hasard, et une fraction supplémentaire de 0,1% à 2,2% de cette population a un comportement de jeu potentiellement pathologique, selon des estimations citées par la Commission.

La recommandation invite les Etats membres à notifier à la Commission les mesures qu'ils auront prises 18 mois après sa publication au Journal officiel de l'UE. La Commission évaluera les mesures prises 30 mois après cette publication.

cel/jlb/abk

PLUS:hp