NOUVELLES

Farnborough : Moscou dénonce un geste "inamical", envisage des "mesures réciproques"

14/07/2014 10:28 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé lundi un geste "inamical" et annoncé envisager de prendre des "mesures réciproques", après le refus des autorités britanniques d'accorder des visas à des membres de la délégation russe au salon aéronautique de Farnborough.

"Nous considérons de telles actions de la part de la partie britannique comme un geste clairement inamical. (...) Nous nous réservons le droit de prendre des mesures réciproques, comme il est de coutume dans la diplomatie", est-il écrit dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Peu avant, le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, connu pour ses déclarations à l'emporte-pièce, avait de son côté invité les membres de la délégation russe à "rentrer chez eux".

"Je suggère à notre délégation de renoncer à sa participation au salon et de retourner à la maison", avait-il suggéré sur son compte Twitter.

Les autorités britanniques ont confirmé samedi avoir refusé de délivrer des visas à des représentants et des techniciens russes qui devaient se rendre au salon de Farnborough, "en raison des activités de la Russie en Ukraine".

Ainsi, sur les 350 participants russes au salon, près de la moitié se sont vu refuser leur visa, a précisé le chef de la délégation Iouri Slioussar, ajoutant que les participants allaient quant à eux tenter de rentrer en Russie plus tôt que prévu.

Londres a également indiqué avoir retiré la Russie de la liste des pays éligibles à l'utilisation de licences d'exportation pour décourager Moscou de participer au salon aéronautique.

"Il s'agit clairement d'un acte politique, ce qui ne peut qu'être regrettable", a réagi le haut diplomate russe, Alexeï Mechkov, cité par l'agence de presse Interfax.

Ce refus d'accorder un visa "à une part non négligeable de la délégation russe est un signe malsain de compétition déloyale et, si l'on peut dire, de faiblesse", a pour sa part jugé Sergueï Kornev, le directeur des ventes d'avions militaires chez Rosoboronexport, le groupe public d'armement russe.

"Cela peut avoir un effet négatif sur l'image du pays hôte", a-t-il estimé.

Si la banque publique russe Sberbank a déjà décidé de renoncer à sa participation au salon, d'autres grandes entreprises telles qu'Hélicoptères de Russie ou OAK ont affiché leur volonté de rester, quitte à travailler en comité réduit.

La délégation russe avait déjà rencontré des problèmes pour obtenir les visas nécessaires lors de l'édition précédente en 2012.

pop/lap/sym

TWITTER

PLUS:hp