NOUVELLES

Egypte: l'interdiction de se présenter aux législatives levée pour les pro-Moubarak

14/07/2014 08:52 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

Un tribunal égyptien a renversé lundi en appel l'interdiction faite aux cadres de l'ancien parti du président déchu Hosni Moubarak de se présenter aux élections législatives, a-t-on appris de source judiciaire.

Bien que le Parti National Démocratique (PND) ait été dissous en 2011, peu après la révolte populaire qui a mis fin à trois décennies de pouvoir absolu de M. Moubarak, certains de ses membres pourraient emporter plusieurs sièges lors des législatives prévues à l'automne.

La cour d'appel n'a pas fourni dans l'immédiat les raisons pour lesquelles elle a annulé la décision prise en mai d'interdire à tous les anciens cadres du PND de se présenter aux législatives, mais un autre tribunal avait déjà auparavant déclaré de telles interdictions contraires à la Constitution.

Le PND était de loin majoritaire au Parlement durant la présidence Moubarak, marquée par des scrutins entachés de fraude. S'appuyant sur les solidarités tribales, dans le sud du pays, le parti recrutait des candidats issus de clans forts, toujours à même de mobiliser pour remporter des sièges plus de trois ans après la révolte populaire lancée dans le tumulte du Printemps arabe.

Ibrahim Mahlab, le Premier ministre du président récemment élu, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi qui a destitué il y a un an l'islamiste Mohamed Morsi, est lui-même un ancien haut cadre du PND.

Les membres des Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi, ont également été interdits de se présenter aux scrutins. Le mouvement islamiste, vieux de 86 ans, a récemment été déclaré "terroriste" et interdit dans le pays, les autorités l'accusant d'être responsables des violences qui secouent l'Egypte depuis l'éviction du président issu de leurs rangs.

str-se/sbh/feb

PLUS:hp