NOUVELLES

Les Kurdes et les djihadistes s'affrontent dans le nord de la Syrie

13/07/2014 04:34 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - De violents affrontements ont éclaté, dimanche, entre un groupe extrémiste et des combattants kurdes dans le nord de la Syrie, ont indiqué des militants de l'opposition syrienne, en précisant que les djihadistes avaient capturé une dizaine de Kurdes.

Les combattants kurdes et les djihadistes s'affrontent depuis l'an dernier, mais les combats se sont intensifiés depuis quelques semaines, les extrémistes ayant reçu des armes récemment prises aux forces gouvernementales d'Irak, le pays voisin.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme et un militant kurde établi en Turquie, Mustafa Osso, ont indiqué que les affrontements se concentraient dans la région de Kobani, aussi connue sous le nom d'Ayn Arab.

Selon l'Observatoire, douze combattants kurdes sont disparus depuis samedi lors de combats avec les djihadistes de l'État islamique. M. Osso a confirmé que les extrémistes avaient enlevé «un certain nombre de combattants».

Barzan Isso, un journaliste kurde présent à Kobani, a déclaré que les autorités avaient reçu les photos de huit combattants kurdes tués. Il n'était pas en mesure de dire s'ils avaient été capturés vivants et abattus par la suite.

Ces affrontements surviennent après que l'État islamique eut pris le contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak au cours du mois de juin. Les djihadistes se sont également emparés de l'équipement laissé par les forces irakiennes en fuite, dont des véhicules blindés de transport de troupes, des véhicules de type Humvee et des pièces d'artillerie.

Les Kurdes forment la plus importante minorité ethnique en Syrie, où ils représentent plus de 10 pour cent de la population d'avant-guerre, estimée à 23 millions d'habitants. Ils vivent principalement dans la province pauvre d'Hassakeh, dans le nord-est du pays, entre les frontières de la Turquie et de l'Irak.

Le conflit en Syrie, qui a commencé en mars 2011, a fait plus de 170 000 morts, selon les militants de l'opposition.

PLUS:pc