NOUVELLES

Les Afghans soulagés par l'accord entre les deux candidats à la présidence

13/07/2014 05:58 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

KABOUL - Des responsables afghans ont salué, dimanche, l'accord conclu la veille entre les deux rivaux à la présidentielle sous les auspices du secrétaire d'État américain John Kerry, et ont indiqué qu'ils espéraient avoir complété le recomptage de tous les bulletins de vote d'ici quelques semaines.

M. Kerry a annoncé l'accord décisif samedi soir. Les candidats au deuxième tour de la présidentielle du 14 juin, l'ancien ministre des Finances Ashraf Ghani Ahmadzai et l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, se sont engagés à respecter les résultats du recomptage et à former un gouvernement d'union nationale, peu importe quel candidat sera déclaré gagnant.

L'accord a été annoncé à la télévision nationale en présence de M. Kerry et des deux candidats. Plusieurs Afghans ont affirmé que cette entente dépassait leurs attentes quant à la médiation de deux jours menée par M. Kerry.

Le président de la commission électorale indépendante, Ahmad Yousuf Nouristani, a déclaré lors d'une conférence de presse, dimanche, que le recomptage des huit millions de bulletins provenant des 23 000 bureaux de vote à travers le pays commencerait dans quelques jours. Il a dit espérer que le processus soit complété d'ici trois semaines.

M. Nouristani a précisé que des vérificateurs supplémentaires devraient être formés, mais a assuré que le recomptage commencerait cette semaine en présence de représentants des deux candidats et d'observateurs internationaux. Le recomptage pourra se dérouler 24 heures par jour, dans l'objectif de réviser les résultats d'environ 1000 bureaux de vote par jour.

L'accord offre une voie de sortie à ce qui menaçait de devenir une crise politique grave en Afghanistan, avec deux candidats qui revendiquaient la victoire et qui envisageaient de former deux gouvernements concurrents.

Les changeurs de monnaie ont indiqué que la valeur de l'afghani s'était améliorée après l'annonce de l'accord, tandis que des leaders politiques et des citoyens de la capitale ont unanimement salué l'entente, bien que certains aient prévenu qu'il restait encore des étapes difficiles à traverser.

Les journaux de la capitale ont tous souligné, dimanche, les efforts de M. Kerry, certains commentateurs ayant affirmé que cela équivalait à un renouvellement de l'engagement international envers l'émergence de la démocratie en Afghanistan.

«Les gens étaient sérieusement préoccupés par la situation, et inquiets de la possibilité d'un retour à la guerre civile», a affirmé Nasrullah Sadeqizada, un membre du Parlement originaire du centre du pays et membre de la minorité hazara. «Cela signifie que les États-Unis et la communauté internationale n'ont pas abandonné l'Afghanistan.»

Un commerçant de Kaboul, Mohammad Gul Kakar, a indiqué que ses affaires tournaient lentement depuis quelque temps, mais qu'«aujourd'hui, nous croyons que la prospérité est en route. Merci à John Kerry pour avoir réuni les deux candidats face à face».

PLUS:pc