NOUVELLES

Combats entre le Hezbollah libanais et les rebelles syriens à la frontière (sécurité)

13/07/2014 02:09 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Au moins un combattant du Hezbollah libanais a été tué et 12 ont été blessés dans de violents combats avec des rebelles syriens à la frontière, a affirmé dimanche à l'AFP un responsable des services de sécurité libanais.

"Des combats opposent depuis samedi soir des combattants du Hezbollah aux rebelles dans une région frontalière non délimitée entre la Syrie et le Liban", a indiqué la source sous couvert de l'anonymat.

Cette zone se situe entre la région libanaise d'Aarsal, majoritairement partisane de la rébellion syrienne, et celle syrienne de Qalamoun, d'où l'armée de Bachar al-Assad, appuyée par le Hezbollah, avaient chassé les insurgés à la mi-avril après des mois de combats acharnés.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pour sa part fait état de "deux combattants du Hezbollah tués et de plusieurs blessés".

"Les heurts entre les deux camps sont quotidiens mais cette fois-ici il semble que c'est le Hezbollah qui est passé à l'attaque pour en finir avec les poches rebelles", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Selon l'ONG, des centaines de rebelles sont toujours cachés dans les collines et les grottes dans les montagnes du Qalamoun, après leurs retrait des villages, et y mènent régulièrement des attaques contre les positions du régime et du Hezbollah.

Dans des rapports, l'armée libanaise a évoqué des infiltrations de combattants de l'opposition via Aarsal.

Et d'après des militants, les rebelles se rassemblaient dans les environs d'Aarsal, une région montagneuse et assez désertique, "pour se reposer". Cette zone sert aussi de point de passage pour les médicaments, les armes légères et pour les blessés.

L'engagement du parti chiite auprès de l'armée du régime a provoqué l'ire des sunnites syriens et libanais et divise profondément le Liban.

Des bastions du Hezbollah ont été touchés depuis l'été 2013 par plusieurs attentats meurtriers revendiqués par des groupuscules qui disent riposter à l'implication du parti dans le conflit.

D'après des analystes, l'engagement du Hezbollah, qui a envoyé des milliers de combattants sur le terrain et est présent notamment dans la province de Damas et même à Alep (nord), a été cruciale dans l'avancée de l'armée aux dépens des rebelles depuis un an.

Selon l'OSDH, le parti a envoyé cette semaine des renforts en vue de la prise de Zabadani, une ville rebelle proche de Qalamoun.

ram/vl

PLUS:hp