NOUVELLES

Au QG de l'Isaf, à Kaboul les soldats allemands concentrés sur la finale

13/07/2014 04:42 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Sur le toit du "club house" du contingent allemand au QG de l'Isaf à Kaboul, une trentaine de militaires allemands sont assis bien en rang pour regarder la Mannschaft affronter l'Argentine au Maracana à Rio, à plusieurs milliers de kilomètres de l'Afghanistan.

Un grand verre de bière à la main, le général Carsten Jacobson, le numéro deux de l'Isaf regarde, bien concentré, évoluer les hommes en blanc.

"L'équipe allemande a prouvé qu'elle était une équipe de classe mondiale. Ce soir deux grandes équipes s'affrontent. Il y aura des moments de surprise et des moments de chance", explique le général Jacobsen à l'AFP peu avant le début du match.

Aux premières mesures de l'hymne allemand, les trente militaires se lèvent d'un bond et chantent "Deutschland über alles", sous les drapeaux allemands installés un peu partout sur la terrasse.

Le match peut enfin commencer et les soldats, des officiers pour la plupart, en treillis ou en maillots blanc de l'équipe nationale, pour l'occasion, regardent les premiers échanges, un peu tendus.

Le colonel Frank Graefe, qui arbore le maillot blanc de la Mannschaft, mais a gardé son pantalon de treillis et son arme de service attachée à la cuisse, pense que l'Allemagne va gagner car la dernière fois qu'il a acheté un maillot de football de l'équipe allemande, dit-il, c'était en 1990 et l'Allemagne l'a emporté.

"Je pense que l'Allemagne va gagner car ils jouent un excellent football. Ils le méritent. L'Allemagne joue aujourd'hui comme le Brésil jouait il y a 20 ans. La Mannschaft joue maintenant un football très offensif", explique-t-il à l'AFP. Le colonel Graefe, qui arbore fièrement les trois étoiles de son maillot, espère en gagner une quatrième ce dimanche soir.

La concentration est maximale devant les premières actions du match. Les quelques journalistes venus les filmer ne semblent pas perturber les soldats, qui gardent les yeux rivés sur le grand écran et écoutent attentivement les commentaires en allemand.

Le jeu sérieux va commencer et les journalistes sont poliment raccompagnés vers la sortie par les officiers de presse de l'Isaf.

A l'extérieur, les rues de Kaboul sont calmes, beaucoup d'Afghans eux aussi regardent la finale de la Coupe du Monde.

emp/jeb

PLUS:hp