NOUVELLES

Algérie: les Mozabites lancent un SOS au président Bouteflika

13/07/2014 10:38 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Les Mozabites, minorité ethnico-religieuse dans le Sahara algérien, ont lancé un SOS au président Abdelaziz Bouteflika pour arrêter l'effusion de sang dans leur région, théâtre depuis des mois d'affrontements intercommunautaires, dans une lettre ouverte reçue dimanche par l'AFP.

"Les Algériens du M'zab interpellent votre conscience et votre patriotisme salvateur et attendent respectueusement de vous (...) des mesures concrètes pour arrêter l'effusion de sang et rétablir la paix juste", est-il écrit dans le document diffusé par les notables de la région.

Située aux portes du Sahara, à 600 km au sud d'Alger, Ghardaïa et sa région vivent depuis plusieurs mois au rythme d'affrontements entre les communautés mozabites (berbères) et chaâmbas (arabes). Officiellement, les heurts ont fait neuf morts (six mozabites et trois chaâmbas), mais les Mozabites font état de 10 victimes dans leur communauté.

En outre, des centaines de maisons et de magasins, en grande partie appartenant à des Mozabites, ont été pillés puis incendiés à Ghardaïa, une ville inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

Le SOS adressé au chef de l'Etat fait suite à la mort jeudi d'un Mozabite. Le décès a été présenté officiellement comme un accident mais les Mozabites y ont vu un assassinat.

"Cette tentative de déformation des faits a vexé les jeunes Mozabites qui se voient doublement humiliés, par l'assassinat des leurs d'une part et la dissimulation des causes par les autorités d'autre part".

Pour les signataires, cela "appelle inévitablement la colère et la révolte".

Près de 10.000 policiers et gendarmes ont été déployés en mars dans cette cité de 400.000 habitants, dont quelque 300.000 Mozabites. Mais les violences se sont poursuivies.

Les signataires de la lettre dénoncent en outre une "manipulation des forces de sécurité" et la "partialité flagrante des commandements".

De nombreux différends, notamment d'ordre foncier, sont à l'origine de ces heurts entre Arabes et Berbères qui cohabitent depuis des siècles dans cette ville de la vallée du Mzab créée au 11e siècle.

amb/ao/vl

PLUS:hp