NOUVELLES

Un site publie une vidéo posthume d'un Canadien apparemment tué en Syrie

12/07/2014 07:25 EDT | Actualisé 11/09/2014 05:12 EDT

Une vidéo posthume qui semble montrer un Canadien mort en combattant en Syrie n'est pas un événement inhabituel: presque toutes les recrues terroristes provenant de pays occidentaux en ont réalisé une, souligne un expert.

La vidéo, rendue publique vendredi, montre apparemment l'homme que des médias ont identifié plus tôt cette année comme étant André Poulin, de Timmins, en Ontario. Le service anglais de Radio-Canada a rapporté qu'il s'était converti à l'islam et avait changé son nom pour Abou Muslim. Il serait mort dans le conflit en Syrie en août 2013.

Dans la vidéo, l'homme appelle les musulmans à soutenir l'État islamique en Irak et au Levant (ÉIIL), le groupe extrémiste qui a récemment pris le contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak.

Steven Emerson, de l'organisation Investigative Project on Terrorism à Washington, affirme que les recrues occidentales sont souvent incitées à réaliser de telles vidéos en guise d'initiation.

«Avant même de participer aux hostilités, l'une des exigences du recrutement est de réaliser une vidéo — une sorte de testament — pour la postérité, et ces vidéos sont ensuite publiées en ligne s'ils meurent au combat», a expliqué M. Emerson.

La vidéo a été mise en ligne par l'organisation américaine SITE Intelligence Group, qui suit l'activité des groupes extrémistes sur Internet. On ne sait pas à quel moment la vidéo a été tournée.

Dans l'enregistrement, l'homme, qui se dit Canadien, appelle les musulmans à aller combattre en Syrie. S'ils ne le peuvent pas, ils doivent verser de l'argent à l'ÉIIL, dit-il.

L'homme affirme aussi qu'il menait une belle vie au Canada, mais se demande comment il est possible de vivre comme musulman tout en payant des taxes et des impôts dans des pays qui sont «en guerre» contre l'Islam.

«Tout le monde peut apporter sa contribution à l'État islamique», dit l'homme dans la vidéo habilement réalisée, dans laquelle on entend de la musique en arrière-plan. «Si vous ne pouvez pas vous battre, alors vous pouvez donner de l'argent, et si vous ne pouvez donner de l'argent, vous pouvez offrir une assistance technologique.»

Selon SITE, la vidéo a été produite par l'aile propagandiste de l'ÉIIL, le Centre des médias Al-Hayat, et a d'abord été postée sur un site de partage de fichiers. Le gouvernement canadien n'avait pas réagi, samedi soir, à la publication de la vidéo par SITE.

Selon M. Emerson, ces vidéos sont efficaces pour recruter d'autres combattants occidentaux, comme le montre la présence de «centaines, voire de milliers» d'étrangers dans le conflit en Syrie.

Michel Juneau-Katsuya, un ancien agent du renseignement canadien, souligne que les organisations terroristes utilisent des vidéos pour diffuser leur message depuis les attentats du 11 septembre 2001, mais qu'il y a eu une recrudescence du phénomène depuis cinq ans.

«Ils tentent d'attirer les jeunes dans la fin de l'adolescence ou au début de la vingtaine», affirme-t-il, en ajoutant que les recrues potentielles trouvent probablement les vidéos «intéressantes, attirantes, orientées vers l'action et sexy, en quelque sorte».

«Ce sont (des jeunes) qui se cherchent eux-mêmes, qui se cherchent une vision ou une mission. Très souvent, ils se sentent invincibles.»

PLUS:pc