NOUVELLES

Syrie: la mère du bébé sauvé des décombres à Alep appelle à l'aide

12/07/2014 04:30 EDT | Actualisé 11/09/2014 05:12 EDT

La mère d'un bébé de deux mois sauvé des décombres 16 heures après un bombardement à Alep, dans le nord de la Syrie, a lancé samedi un appel à l'aide pour élever son enfant.

Le bombardement remonte à il y a près d'un mois, mais pour des raisons techniques, ce n'est que vendredi que l'équipe de secours a diffusé une vidéo du sauvetage spectaculaire de Mahmoud Idlibi.

Sur la vidéo de 30 secondes, dont l'authenticité et la localisation n'ont pas pu être confirmées de source indépendante, on voit d'abord un homme qui tente de dégager une petite tête sous les gravats.

Puis des pleurs du bébé se font entendre avant que le sauveteur ne parvienne à extirper des ruines le petit corps complètement recouvert de poussière pendant que des "Dieu est grand" résonnent.

"La défense civile à Alep", qui se présente comme une équipe de volontaires au secours des civils dans les zones rebelles, a d'abord identifié le bébé comme une petite fille, mais un correspondant de l'AFP a rencontré la mère de l'enfant et confirmé qu'il s'agissait d'un garçon.

Selon la mère, son mari et sa fille ont été tués dans le bombardement qui a détruit leur maison dans un quartier sud d'Alep.

"Cela s'est passé le 18 juin. Nous dormions quand j'ai soudain entendu une forte explosion. Je me suis évanouie et je me suis réveillée à l'hôpital", a raconté cette femme vêtue de noir, qui vit désormais chez son frère dans un autre quartier.

"Nous sommes désespérés, nous avons besoin d'aide, nous n'avons plus personne", a-t-elle ajouté, son fils allongé à côté d'elle.

Le sauveteur de Mahmoud, Khaled, a expliqué à l'AFP que son équipe avait sorti trois hommes et trois femmes des décombres avant d'entendre les pleurs du bébé dans l'après-midi.

"Nous avons continué à travailler jusqu'à 20H30 et grâce à Dieu, nous avons pu retirer les blocs de ciments qui étaient au-dessus de lui", a-t-il ajouté.

"Le garçon était toujours vivant, et indemne. c'était un miracle", a-t-il répété.

Depuis l'été 2012, l'ex-capitale économique de Syrie est divisée entre des secteurs ouest contrôlés par les forces loyalistes et des quartiers est aux mains des rebelles, soumis à des bombardements aériens quotidiens qui ont fait des centaines de morts cette années et ont été dénoncés par la communauté internationale.

Les rebelles mènent de leur côté des attaques au mortier sur les secteurs ouest.

str-kam/hkb/fcc/faa

PLUS:hp