NOUVELLES

Israël intensifie ses raids contre le Hamas dans la bande de Gaza: 156 morts

12/07/2014 04:41 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT

GAZA, Territoire palestinien - Ignorant les appels internationaux au cessez-le-feu, Israël a intensifié ses raids contre le Hamas dans la bande de Gaza, samedi, frappant notamment des institutions civiles soupçonnées d'être liées à l'organisation, alors que les Palestiniens ont fait état d'un bilan de 156 morts de leur côté en cinq jours d'offensive israélienne.

L'armée israélienne a indiqué avoir frappé plus de 1200 cibles cette semaine, incluant des lance-roquettes du Hamas, des centres de commandement et des installations de fabrication et d'entreposage d'armes, avec l'objectif de faire cesser les tirs de roquettes à partir de la bande de Gaza.

Des responsables à Gaza ont affirmé que les frappes avaient notamment atteint des banques et des établissements de bienfaisance affiliés au Hamas, et que deux femmes étaient mortes dans un centre pour handicapés. En soirée, les avions de guerre israéliens ont détruit la résidence du chef de la police à Gaza et endommagé une mosquée à proximité, une attaque qui a fait au moins 18 morts et 50 blessés, selon les autorités palestiniennes.

Le porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, Ashraf al-Kidra, a indiqué que les fidèles sortaient de la mosquée après la prière du soir quand la frappe est survenue. Des victimes pourraient être encore prisonnières des décombres, a-t-il dit.

Les militants du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza, ont tiré près de 700 roquettes vers Israël au cours des cinq derniers jours, selon l'armée israélienne. Aucun mort n'a été signalé en Israël relativement aux tirs de roquettes.

Signe d'une possible aggravation du conflit, l'armée israélienne a procédé à des tirs en territoire libanais samedi soir, en réponse à deux tirs de roquettes en provenance de ce pays. Personne n'a été tué ni blessé, mais l'armée israélienne craint que des groupes extrémistes au Liban tentent d'ouvrir un deuxième front.

Le porte-parole du ministère de la Santé à Gaza a affirmé que les plus récents raids israéliens avaient porté le bilan à 156 morts et 1060 blessés du côté palestinien. Parmi les morts figure un neveu d'Ismaël Haniyeh, un important leader du Hamas, tué lors d'un raid près de sa maison, ont affirmé des responsables du Hamas.

L'offensive ne montrait aucun signe de ralentissement, samedi, alors que le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, affirmait que son pays devait être prêt à affronter plusieurs autres jours de violences.

«Nous avons accumulé les réussites quant au prix à faire payer au Hamas et nous continuons de détruire des cibles importantes du Hamas et d'autres organisations terroristes, a dit le ministre à la suite d'une rencontre avec de hauts responsables de la sécurité. Nous poursuivrons les représailles jusqu'à ce que le calme et la sécurité soient rétablis dans le sud d'Israël et dans le reste du pays.»

Le Hamas a dit espérer que l'attaque ayant touché la mosquée galvanise les appuis à son organisation dans le monde musulman, parlant d'un ennemi «barbare» et «hostile à l'Islam».

«Ce terrorisme nous donne le droit d'élargir notre réponse pour décourager cet occupant», a lancé Husam Badran, porte-parole du Hamas à Doha, au Qatar.

L'armée israélienne a dévoilé une photo aérienne de la mosquée touchée, en affirmant que le Hamas y avait dissimulé des roquettes tout près d'autres lieux religieux et résidences de civils. Elle soutient que le Hamas, le Jihad islamique et d'autres groupes à Gaza utilisent des lieux religieux pour conserver des armes et établir des réseaux de tunnels souterrains, mettant délibérément les civils en danger.

PLUS:pc