NOUVELLES

Le marché de la dette en zone euro se stabilise, attentif à la situation portugaise

11/07/2014 02:47 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

Le marché de la dette en zone euro se stabilisait vendredi matin après avoir été secoué la veille par les déboires financiers d'une des plus grandes banques portugaises.

Les taux d'emprunt des principaux pays de la région évoluaient dans de très faibles marges peu après l'ouverture.

Vers 08H30 (06H30 GMT), le taux à 10 ans du Portugal, qui évolue en sens inverse de la demande, s'établissait à 3,995% contre 3,985% jeudi à la clôture sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. C'est une progression très légère qui n'a rien à voir avec les variations de la veille.

Il avait flambé jeudi, pénalisé par les affres de la banque portugaise Espirito Santo (BES), dont le principal actionnaire est en proie à une grave crise financière.

De même, après s'être tendu sensiblement la veille, le taux de l'Espagne était à 2,840% (contre 2,825%) et celui de l'Italie à 2,958% (contre 2,945%), en très légère hausse.

De leur côté, les dettes des pays les plus solides bougeaient peu, après avoir servi de valeur refuge aux investisseurs la veille.

Le taux de l'Allemagne était à 1,203% (contre 1,198%) et celui de la France à 1,646% (contre 1,638%). Le rendement français avait atteint un plus bas historique à 1,604% jeudi matin.

Le marché obligataire va suivre de près l'évolution de la situation au Portugal vendredi, alors que les craintes se concentrent sur la solvabilité du groupe Espirito Santo qui détient Banco Espirito Santo, la plus grande banque cotée du pays.

Soucieuse de calmer les esprits, la BES a précisé dans la nuit de jeudi à vendredi que son exposition à la dette des autres sociétés du groupe était limitée à 1,18 milliard d'euros.

En parallèle, les autorités boursières portugaises ont décidé d'interdire pendant la journée de vendredi la vente à découvert des actions de la BES, qui ont été suspendues jeudi.

jbo/fz/fw

PLUS:hp