DIVERTISSEMENT

Festival d'été de Québec 2014: Généreux Billy Joel

11/07/2014 11:24 EDT | Actualisé 11/07/2014 11:24 EDT
Getty Images
NEW YORK, NY - DECEMBER 12: Billy Joel performs at '12-12-12' a concert benefiting The Robin Hood Relief Fund to aid the victims of Hurricane Sandy presented by Clear Channel Media & Entertainment, The Madison Square Garden Company and The Weinstein Company at Madison Square Garden on December 12, 2012 in New York City. (Photo by Larry Busacca/Getty Images for Clear Channel)

QUÉBEC - Billy Joel est un «entertainer» et il l'a prouvé une fois de plus vendredi soir au Festival d'été de Québec. Le pianiste-chanteur est généreux et divertissant, n'hésitant pas à improviser quelques notes ou quelques blagues pour connecter avec la foule.

Les plaines d'Abraham étaient bondées pour la première venue à Québec du grand chanteur américain. Assis au piano et entouré de ses musiciens, Billy Joel a débuté en force avec l'enjouée My Life.

Le chanteur a ensuite tenté quelques mots en français pour saluer son public. Puis il ajouté avec humour en anglais: «50 ans que je fais cette satanée job et je ne suis jamais venu ici». Disons-le tout de suite, malgré ses 65 ans, Billy Joel n'a rien perdu de sa voix.

S'il est un peu moins connu que certains rockers de sa génération (comme Bruce Springsteen), le répertoire de Billy Joel recèle d'un nombre étonnant de succès. Il suffit parfois de quelques notes pour qu'on se dise «ah oui, c'est lui ça». Le chanteur de 65 ans s'offre d'ailleurs le Madison Square Garden tous les mois depuis janvier et est en tournée ces jours-ci. Il a performé au Fenway Park de Boston le 2 juillet dernier, de même qu'à Las Vegas et Phoenix en juin.

Seule fausse note de la soirée, des écrans géants diffusaient des images en vrac (match de baseball, coucher de soleil, usines, etc.) un peu hors contexte et quétaines.

Avant de se lancer dans Movin' Out, Billy Joel a fait venir un membre de l'équipe de tournée, «Chainsaw», pour le laisser chanter Highway to Hell d'AC/DC devant quelque 80 000 personnes. Le public a apprécié le bref changement de tempo et a accompagné «Chainsaw» sur le refrain, tandis que Billy Joel était à la guitare électrique. L'expérience d'une vie pour le technicien et une autre preuve que Billy Joel est un grand showman.

Le «piano man» a réservé ses grands succès pour la seconde partie du spectacle, avec New York State of Mind (accompagné d'un puissant saxophone), She's Always a Woman et The River of Dreams. Sur cette dernière, Billy et ses musiciens ont improvisé quelques notes de Hard Day's Night (des Beatles), histoire de surprendre la foule.

Bien entendu, c'est sur son grand classique Piano Man que Billy Joel a officiellement terminé sa prestation, alors qu'une mer de lumière de cellulaires est apparue dans la foule. Billy Joel a laissé les milliers de spectateurs reprendre en choeur le refrain, d'une seule et puissante voix.

Généreux, le chanteur est revenu pour un rappel rythmé de six chansons. Et il avait gardé le meilleur pour la fin, avec notamment We Didn't Start the Fire et Uptown Girl.

Blondie, la voix n'y est plus

C'est Blondie, le célèbre groupe de pop-rock des années 1970-1980, qui a lancé la soirée. Étonnant de voir Deborah Harry monter sur scène, du haut de ses 69 ans. Si la blonde chanteuse était un peu statique sur scène (chose pardonnable à son âge), la voix lui a aussi fait défaut à plusieurs reprises.

Blondie s'est amené sur scène sous le chant du choeur de l'armée rouge, avant d'entamer avec un One Way or Another réussi. Au fond de la scène, cinq écrans géants diffusaient des vidéoclips des belles années du groupe.

Les choses se sont toutefois gâchées rapidement. Deborah Harry a eu de la difficulté à pousser la note sur la célèbre Call Me et sur Rapture.

Les reprises de (You Gotta) Fight for your Right to Party, des Beastie Boys, et Groove is in the Heart, de Deee-Lite, étaient tout simplement une mauvaise idée. Blondie a remis ça en rappel avec Hollywood Babylon, des Misfits. Pourquoi choisir ces chansons si l'interprétation est ardue?

Heureusement, les musiciens ont assuré, même si on déconseille au guitariste de chanter à l'avenir... comme il a tenté de le faire sur la reprise des Beastie Boys.

La performance de Deborah Harry était beaucoup plus appréciable sur la chanson aux airs latins Sugar on the Side. La chanteuse s'est même permis quelques pas de danse qui ont mis de la vie sur scène.

Parmi les autres succès, les festivaliers ont pu entendre The Tide is High et Hanging on the Telephone.

Blondie est en tournée pour célébrer ses 40 ans de carrière. Le groupe fait également la promotion de son nouvel album, Ghosts of Download, qui présente une dizaine de nouveaux titres et quelques reprises de leurs plus grands succès. «Ce sera notre dernier show pour un bout, alors c'est un événement excitant pour nous», a lancé aux spectateurs Deborah Harry vendredi soir.

Malgré les quelques ratés, ça faisait plaisir de voir Blondie sur scène et d'entendre les classiques comme Heart of Glass. Et puis, qui sait si on pourra en faire autant à 69 ans.

À VOIR CI-DESSOUS: LA LISTE DES CHANSONS

Billy Joel au FEQ 2014

Billy Joel - Liste des chansons

  • My Life
  • Pressure
  • The Entertainer
  • This is the Time to Remember
  • Zanzibar
  • Vienna
  • Allentown
  • Miami 2017
  • New York State of Mind
  • Movin' Out
  • She's Always a Woman
  • Don't Ask me Why
  • The River of Dreams
  • Scenes form an Italian Restaurant
  • Piano Man
  • Rappel

  • We Didn't Start the Fire
  • Uptown Girl
  • It's Still Rock N Roll to Me
  • Big Shot
  • You May Be Right
  • Only the Good Die Young

Blondie - Liste des chansons

  • One Way or Another
  • Rave
  • Hanging on the Telephone
  • Mile High
  • Call Me
  • What I Heard
  • Maria
  • Euphoria
  • A Rose by Any Name
  • Rapture
  • Tide is High
  • Atomic
  • Sugar on the Side
  • Hearth of Glass
  • Hollywood Babylon, une reprise de The Misfits (rappel)