NOUVELLES

Les négociations sur le statut particulier de Montréal ont débuté

11/07/2014 05:05 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT
PC

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est assis pour la première fois, vendredi, avec les ministres Pierre Moreau et Robert Poëti à la Table Québec-Montréal, dans le cadre du lancement des discussions d'un groupe de travail qui vise notamment à doter la métropole d'un statut particulier.

La Table Québec-Montréal est présidée par le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Pierre Moreau, qui affirme vouloir doter Montréal des outils nécessaires à son épanouissement. Robert Poëti participe à ces premières discussions en sa qualité de ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal. L'administration montréalaise souhaite d'ailleurs instaurer une coordination active entre Québec et Montréal sur le plan des transports. Au fur et à mesure que les discussions progresseront, d'autres ministres seront appelés à la table.

Cette renégociation du partenariat unissant la province à la métropole n'aura pas pour effet d'octroyer des pouvoirs de taxation additionnels à Montréal, a assuré le ministre Moreau. « L'opération est à coût neutre pour le contribuable, c'est important de le mentionner », a indiqué Pierre Moreau. Ce dernier affirme en outre que les pouvoirs éventuels conférés à Montréal viendront avec les moyens appropriés.

Ces premières discussions ont eu lieu à la Maison-des-Marins de la Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal, à Pointe-à-Callière.

Pour le maire Coderre, les priorités à défendre pour Montréal sont contenues dans les dossiers suivants :

  • la gouvernance;
  • le développement économique;
  • le développement social.

« On a des réalités qui sont autres à Montréal : l'itinérance et le logement social, par exemple », a expliqué le maire Denis Coderre en conférence de presse. Il souhaite que la table de concertation Québec-Montréal soit un outil de facilitation pour les élus. « On veut avoir des choses qui sont fluides et qui fonctionnent », dit Denis Coderre.

À titre d'exemple de processus qui faciliterait la vie des élus montréalais, le ministre Moreau a cité les limites de vitesse dans les rues de Montréal. Jusqu'à présent, ces limites devaient être fixées par le gouvernement provincial. « Un archaïsme », de l'avis du ministre Moreau qui estime qu'elles devraient pouvoir être établies par Montréal, dont les responsables ont, politiquement parlant, la « maturité nécessaire » pour prendre de telles décisions.

Lorsqu'avait été annoncée la création de cette table de concertation, en avril dernier, les parties avaient indiqué qu'elles se donnaient un échéancier de deux ans pour mener des discussions « à un rythme soutenu », comme l'avait exprimé Pierre Moreau.

Un statut de capitale nationale pour Québec

Outre le projet de loi sur la Ville de Montréal, le gouvernement du Québec a deux autres chantiers :  le projet de loi sur la Ville de Québec, destiné à doter Québec du statut de capitale nationale et une charte des municipalités qui s'inspirera notamment du Livre blanc de l'Union des municipalités du Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce que les maires ont laissé à Montréal