NOUVELLES

Charlie Haden, contrebassiste au sein du quartette Ornette Coleman, est mort

11/07/2014 10:29 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Le contrebassiste Charlie Haden, qui a aidé à transformer le jazz il y a plus de 50 ans à titre de membre du quartette Ornette Coleman et qui a libéré la contrebasse de son rôle de métronome, est décédé vendredi à Los Angeles. Il était âgé de 76 ans.

La chanteuse Ruth Cameron, l'épouse de Haden depuis 30 ans, et ses quatre enfants se trouvaient à ses côtés lors qu'il a rendu l'âme après une longue maladie, a fait savoir la relationniste Tina Pelikan, de ECM Records.

La carrière de Haden a été marquée par le triomphe de la beauté sur la souffrance. Il s'est tourné vers la contrebasse lorsqu'il a perdu sa voix après avoir souffert de poliomyélite à l'adolescence, au moment où il faisait partie du band country Haden Family.

L'apparition du syndrome post-polio vers la fin de 2010 a forcé Haden à mettre fin à ses prestations publiques, bien qu'il pût jouer avec certains amis tels le guitariste Pat Metheny et le pianiste Alan Broadbent.

Pendant sa carrière, sa contrebasse mélodique s'est fait entendre dans un large éventail de genres musicaux, du jazz à la musique du monde en passant par le country.

Il a également été un invité régulier du Festival international de jazz de Montréal, où il a effectué sa dernière visite en 2009. À compter de 1985, il y a livré une vingtaine de spectacles, et selon le chroniqueur musical Philippe Rezzonico, il est certes l'un des artistes ayant le plus marqué l'événement montréalais.

Cofondateurs et directeur artistique du FIJM, André Ménard, s'est dit grandement attristé par la nouvelle. «Je garde de lui des souvenirs impérissables au premier rang desquels figure la toute première série Invitation au FIJM 89, un exploit décliné en huit soirées belles et contrastées. L'appel d'adieu qu'il m'a fait il y a quelques semaines résonnera toujours en moi. Il a fait grandir l'amour de toute la musique chez des légions de mélomanes et nous laisse tous le coeur lourd», a-t-il déclaré, dans un courriel transmis aux médias.

«Je veux sortir le monde de la laideur et de la tristesse qui nous entourent tous les jours, et offrir au plus grand nombre de gens possible une musique belle et profonde», avait déclaré Haden lors d'une entrevue accordée à l'Associated Press en 2013, peu de temps avant qu'il ne reçoive un prix Grammy pour l'ensemble de son oeuvre.

Charlie Haden est né le 6 août 1937 à Shenandoah, en Iowa, et rapidement il a commencé à jouer avec ses parents et frères et soeurs à titre de plus jeune membre du band Haden Family, qui avait sa propre émission de radio et qui était fort populaire dans le monde de la musique country du mid-ouest américain.

Mais la polio a diminué la puissance de ses cordes vocales et mis fin à sa carrière de chanteur à l'âge de 15 ans, le poussant à se concentrer sur la contrebasse. Il a commencé à s'intéresser au jazz après avoir entendu une performance de Charlie Parker avec Jazz at the Philharmonic, et s'est dirigé vers Los Angeles pour étudier la musique. Il a commencé à offrir des performances avec des musiciens tels le pianiste Hampton Hawes et le saxophoniste Art Pepper, avant qu'il ne rencontre Coleman.

Après une série d'enregistrements innovateurs avec le groupe de Coleman, incluant «Free Jazz» en 1961, Haden a collaboré avec la pianiste et compositrice Carla Bley pour former le Liberation Music Orchestra en 1969.

Haden a remporté trois prix Grammy au cours de sa carrière. Il a été honoré pour la meilleure performance instrumentale pour son album «Beyond the Missouri Sky», en 1997, avec Metheny; le meilleur album de jazz latin avec «Nocturne» en 2001, et de nouveau en 2004, cette fois grâce à «Land of the Sun», avec le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.

PLUS:pc