NOUVELLES

Ukraine : les chefs séparatistes déterminés à "défendre Donetsk"

10/07/2014 01:28 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

Les responsables séparatistes prorusses de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, se sont dits jeudi déterminés à défendre cette ville dont ils envisagent l'évacuation d'une partie du million d'habitants.

"L'adversaire essaie de tous côtés d'encercler Donetsk. Nous sommes prêts à défendre Donetsk et l'agglomération de Donetsk, à ne pas laisser entrer l'adversaire ou à ne pas le laisser encercler la ville", a déclaré au cours d'une conférence de presse Igor Strelkov, "ministre de la défense" de la République populaire de Donetsk (DNR), autoproclamée.

Il a assuré avoir assez de "réserves" en hommes et en matériel pour ce faire, assurant que "plus de 1.000 volontaires" avaient rejoint les rangs des séparatistes "ces derniers jours".

Les autorités de Kiev, qui ont déclenché une "opération antiterroriste" contre les rebelles de l'Est, ont affiché , après la reconquête de plusieurs localités, leur intention d'encercler les deux grandes villes de la région, Donetsk et Lougansk (près de 500.000 habitants).

Le "Premier ministre" de la DNR, Alexandre Borodaï, a lui aussi affiché sa détermination. "Nous défendrons le territoire de la DNR contre l'occupation", a-t-il dit pendant cette conférence de presse.

Il a par ailleurs évoqué la possibilité d'évacuer des "dizaines de milliers", voire des "centaines de milliers" d'habitants de Donetsk face à la progression des forces ukrainiennes.

"D'après mes informations, plus de 70.000 habitants ont déjà quitté Donetsk et la situation va devenir de plus en plus difficile", a-t-il dit, évoquant une "catastrophe humanitaire". "Quelques centaines de milliers d'habitants pourraient être évacués" de certains quartiers, a-t-il dit sans autres précisions, avant d'évoquer par la suite le chiffre de "dizaines de milliers". Concernant leur destination, M. Borodaï a estimé que "la majorité voudrait sans doute aller en Russie" voisine.

- Ex-colonel du FSB -

Concernant la Russie, dont le soutien aux séparatistes a semblé fléchir quelque peu ces derniers temps, M. Borodaï, qui ne fait pas mystère de sa nationalité russe et revenait de Moscou, a assuré avoir eu des discussions "constructives" dans la capitale russe, avec des interlocuteurs qu'il s'est refusé à nommer.

"Je compte beaucoup sur l'aide de la Fédération de Russie à très court terme. La Russie nous apporte déjà une aide colossale, en volontaires ou en aide humanitaire, et je pense que cela va encore augmenter", a-t-il dit.

Interrogé sur le fait que de nombreux responsables de la DNR sont russes, M. Borodaï a revendiqué le fait que "divers gens (venus) de Moscou sont actifs ici et les gens de Moscou dans la DNR seront de plus en plus nombreux".

Igor Strelkov, accusé par Kiev d'être un officier du renseignement militaire russe, a de son côté pour la première fois reconnu être un colonel à la retraite du FSB (services de sécurité russes issus de l'ex-KGB).

Il a indiqué avoir quitté ces services "le 31 mars l'année dernière" et avoir notamment servi "en Transdniestrie et pendant les première et deuxième guerres de Tchétchénie".

MM. Borodaï et Strelkov ont indiqué s'être connus au début des années 1990 en Transdniestrie, territoire prorusse séparatiste de l'est de la Moldavie qui a proclamé son indépendance en 1990 et où ils étaient "volontaires".

so/via/bds

PLUS:hp