NOUVELLES

Tirs de roquettes: Israël intensifie son offensive dans la bande de Gaza

10/07/2014 09:49 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Israël a considérablement intensifié ses frappes aériennes contre des centaines de cibles du Hamas dans la bande de Gaza, jeudi, tandis que les Palestiniens ont rapporté que les frappes avaient aussi touché une résidence et un café en bord de mer, portant à au moins 85 le nombre de personnes tuées dans l'offensive ayant débuté cette semaine.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a déclaré lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité qu'il était plus urgent que jamais d'éviter une nouvelle guerre israélo-palestinienne qui pourrait embraser toute la région, appelant les deux camps à s'entendre sur un cessez-le-feu.

L'armée israélienne a indiqué jeudi avoir visé un total de 500 cibles au cours de la journée, en se concentrant sur les réseaux de tunnels souterrains et les lieux d'où sont tirées les roquettes dans la bande de Gaza. L'armée a précisé avoir touché quelque 860 cibles depuis le début de l'opération, mardi.

Le système israélien de défense aérienne a de nouveau intercepté des roquettes tirées de la bande de Gaza en direction des deux plus grandes villes d'Israël, Jérusalem et Tel Aviv.

Les extrémistes de la bande de Gaza ont tiré jeudi plus de 140 roquettes vers des zones résidentielles majeures d'Israël, selon l'armée israélienne. Des roquettes tombées dans le sud d'Israël ont endommagé des maisons et des infrastructures, semant la panique dans la population. Les Israéliens se sont précipités dans les abris antibombe alors que les sirènes retentissaient dans les principales villes. Environ cinq millions d'Israéliens vivent à portée des attaques de roquettes palestiniennes, mais aucun n'a été tué depuis le début de ce nouveau cycle d'hostilités.

Le ministère de la Santé dans la bande de Gaza a rapporté un total de 85 morts depuis le début de l'offensive, incluant 22 personnes qui ont péri jeudi. Selon les autorités palestiniennes, environ la moitié des victimes étaient des femmes et des enfants, mais ce bilan n'a pas pu être confirmé de source indépendante.

Des responsables médicaux palestiniens ont affirmé qu'une frappe menée tôt jeudi matin avait touché une résidence à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, tuant huit membres de la famille Al Haj.

Plus tôt, une frappe avait atteint un café sur la plage où se trouvaient des gens qui regardaient le match de la Coupe du monde entre l'Argentine et les Pays-Bas. Huit personnes ont été tuées dans ce raid, selon un résidant, Mahmoud Sawali, dont deux des frères font partie des victimes.

L'armée israélienne a mobilisé 20 000 réservistes pour une possible opération terrestre dans la bande de Gaza, mais reste pour l'instant concentrée sur les raids aériens, a expliqué un porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Peter Lerner. Une invasion terrestre pourrait alourdir le bilan des victimes palestiniennes et mettre en danger les forces israéliennes au sol.

Aucun des deux camps ne semble montrer de signe d'essoufflement dans cette plus grave reprise des hostilités depuis la fin de 2012. Israël affirme que le Hamas doit cesser de tirer des roquettes pour qu'une trêve puisse être envisagée.

«L'opération au sol doit rester la dernière option, seulement en cas d'absolue nécessité. Il s'agit d'un plan d'action soigneusement élaboré», a indiqué le lieutenant-colonel Lerner.

Le «Dôme de fer» israélien a intercepté au moins 70 projectiles tirés en direction des principales villes. Ce système de défense aérienne a été conçu pour intercepter les roquettes visant les zones densément peuplées, tout en laissant les autres tomber dans les secteurs non habités.

Les limitations du système sont toutefois apparues tard jeudi, quand une série de roquettes s'est abattue sur la ville de Beer-Sheba, dans le sud d'Israël, endommageant lourdement plusieurs maisons.

Le cabinet de sécurité israélien devait se réunir pour discuter de la suite des choses. Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, a affirmé que l'opération se déroulait selon les attentes.

Face à l'escalade des tensions, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni d'urgence à New York pour discuter de la situation. Le secrétaire général, Ban Ki-moon, a condamné les tirs de roquettes par les extrémistes palestiniens, tout en qualifiant d'«intolérable» l'offensive israélienne.

«Encore une fois, les civils paient le prix de la poursuite du conflit», a déclaré M. Ban. «Ma principale préoccupation est la sécurité et le bien-être de tous les civils, peu importe où ils vivent.»

Le secrétaire d'État américain John Kerry, en visite à Pékin pour un sommet avec les dirigeants chinois, a indiqué que les États-Unis tentaient d'apaiser les violences d'une façon permettant à Israël de continuer de se défendre contre les tirs de roquettes. Il a estimé qu'il s'agissait d'un «moment dangereux» pour le Proche-Orient.

M. Kerry a précisé avoir discuté avec le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, et avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

PLUS:pc