NOUVELLES

Les leaders de l'Ouest disent avoir besoin de travailleurs étrangers

10/07/2014 04:20 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

IQALUIT, Nunavut - Les provinces et territoires de l'Ouest ont un besoin pressant de main-d'oeuvre qualifiée, et la récente réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires du gouvernement fédéral va trop loin.

C'est ce qu'a déclaré, jeudi, le premier ministre par intérim de l'Alberta, Dave Hancock, lors d'une rencontre des leaders politiques de l'ouest du pays tenue à Iqaluit, dans le Nunavut.

Dans leur communiqué conjoint diffusé à la fin de leur rencontre, les leaders ont adressé des reproches à Ottawa au sujet des travailleurs temporaires.

Selon eux, limiter les possibilités d'embauche de travailleurs étrangers pour pallier le manque de main-d'oeuvre punira injustement les employeurs responsables de l'Ouest, particulièrement ceux des petites communautés éloignées où les travailleurs canadiens se font rares.

Une porte-parole du ministre de l'Emploi, Jason Kenney, a cependant défendu les modifications apportées par le gouvernement.

Alexandra Fortier a expliqué par courriel que la réforme ramenait le programme à son objectif premier, soit d'être une ressource de dernier recours lorsqu'aucun Canadien n'est pas disponible pour occuper un emploi offert.

«Les employeurs doivent redoubler d'efforts pour recruter et former des Canadiens — et doivent en faire davantage pour embaucher des Canadiens traditionnellement sous-représentés, comme les nouveaux arrivants et les personnes handicapées», a-t-elle écrit.

Les premiers ministres ont également demandé aux résidants de leurs communautés rurales et éloignées de se préparer à profiter des nouvelles possibilités d'emplois dans le secteur énergétique. Ils ont cependant mis l'accent sur le rôle que devront jouer les employeurs, l'industrie et le gouvernement dans la formation professionnelle, surtout dans les communautés autochtones et du Nord.

Au Nunavut, ces discours n'ont cependant pas plu à tous. Les communautés inuites, traditionnellement nomades, ont de la difficulté à composer avec le développement de l'Arctique, craignant de voir disparaître leur mode de vie. Ils sont par ailleurs frappés par un taux de suicide élevé et des problèmes de toxicomanie.

Dale Hancock et les premiers ministres des Territoires du Nord-Ouest, Bob McLeod, et du Yukon, Darrell Pasloski, se sont rendus à Iqaluit, où ils ont été accueillis par leur homologue du Nunavut, Peter Taptuna.

Les premiers ministres du Manitoba, Greg Selinger, et de la Saskatchewan, Brad Wall, étaient retenus dans leur province par les inondations, tandis que Christy Clark, première ministre de la Colombie-Britannique, avait un autre engagement. MM. Selinger et Wall ont participé à la réunion et au point de presse par conférence téléphonique.

PLUS:pc