NOUVELLES

La Chine a distribué 10,7 milliards d'euros d'aide internationale en 3 ans (officiel)

10/07/2014 02:27 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

La Chine a consacré près de 90 milliards de yuans (10,7 milliards d'euros au taux actuel) entre 2010 et 2012 pour aider des pays étrangers - dont une douzaine d'Etats européens -, selon un rapport du gouvernement chinois rendu public jeudi.

L'assistance apportée par la deuxième puissance économique mondiale durant ces trois dernières années s'est traduite par des donations, des prêts sans intérêt ou à conditions préférentielles, pour 121 pays -- dont 12 en Europe --, a précisé cette publication officielle.

Cette aide représente 0,06% du Produit intérieur brut (PIB) cumulé de la Chine durant cette période (139.000 milliards de yuans), soit à un niveau bien en-deçà du ratio de 0,7% du Produit national brut (PNB) visé par les Nations-Unies pour les pays en développement.

De leur côté, les Etats-Unis, dotés d'une économie presque deux fois plus importante que la Chine, ont consacré à l'aide publique internationale quelque 31,2 milliards de dollars (22,9 milliards d'euros) sur la seule année fiscale 2012, selon l'Agence américaine pour le développement international.

Le gouvernement chinois n'a pas spécifié quels étaient les 12 pays européens ayant profité de son soutien.

Parmi les autres pays bénéficiaires, 51 se situaient en Afrique, 30 en Asie, 19 en Amérique latine et dans les Caraïbes, et 9 en Océanie. Des organisations régionales, tels que l'Union africaine, ont également été aidées.

Si la Chine fait état d'une nette hausse de l'aide apportée, les bases de comparaison manquent: un rapport précédent avait simplement indiqué que, jusqu'à fin 2009, le pays avait au total apporté une aide 256,3 milliards de yuans à des pays étrangers.

La publication assure par ailleurs que Pékin n'assortit jamais son soutien de "conditions politiques" et qu'il "n'interfère pas" dans les pays concernés.

La Chine a fait toutefois l'objet de plusieurs controverses à ce sujet ces dernières années, accusée notamment de troquer en Afrique son assistance pour un accès privilégié aux ressources naturelles, énergétiques et minières dont elle a cruellement besoin.

Ce que Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a farouchement démenti jeudi lors d'un point-presse régulier: "Au fur et à mesure du propre développement de la Chine, nous essayons d'améliorer la vie de nos amis des pays en développement", a-t-il assuré.

"La coopération avec les pays africains ne se cantonne pas aux ressources naturelles, mais à de nombreux domaines", a insisté M. Hong. "C'est une façon importante pour la Chine d'assumer ses responsabilités internationales."

Par ailleurs, en novembre 2013 -- période non couverte par le rapport --, la Chine avait été vivement critiquée pour sa relative apathie après le typhon dévastateur aux Philippines, pays auquel l'opposent de vifs différends territoriaux en mer de Chine du sud.

Alors que les Etats-Unis, le Japon, la Norvège ou encore le groupe Ikea promettaient des dizaines de millions de dollars d'aide après la catastrophe, Pékin avait initialement dévoilé un versement de... 100.000 dollars à Manille --avant d'accroître son soutien à 1,8 million de dollars quelques jours plus tard, face à la polémique.

Selon le rapport, les prêts à conditions préférentielles, destinés à des "projets d'infrastructure de taille importante ou moyenne", représentaient la part du lion de l'assistance chinoise en 2010-2012, avec 55,7% du montant total.

Les donations représentaient 36,2% du total, et les prêts à taux zéro 8,1%.

kgo-jug/

PLUS:hp