NOUVELLES

Iran/nucléaire : Fabius à Vienne dimanche pour un point sur les négociations (source diplomatique)

10/07/2014 02:31 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius se rendra dimanche à Vienne pour faire un point avec ses pairs du groupe des grandes puissances sur les négociations en cours avec Téhéran sur le programme nucléaire iranien, a-t-on appris de source diplomatique française.

Il y aura une réunion du P5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine, Allemagne) pour "faire un point de situation" sur la négociation, censée aboutir à un accord final le 20 juillet, a indiqué cette source, sans préciser quels seraient les autres ministres présents.

Les négociations finales pour trouver un accord garantissant la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions contre ce pays ont débuté le 3 juillet à Vienne.

Ce marathon diplomatique historique pourrait s'étirer jusqu'à la date limite du 20 juillet, quand arrivera à échéance l'accord intérimaire conclu à Genève en novembre 2013. Mais ce délai pourra être prolongé pour six mois si les deux parties le souhaitent.

La France insiste sur le caractère "difficile" de la négociation, et mardi encore M. Fabius avait souligné qu'"aucune des questions principales n'était résolue", citant notamment le niveau d'enrichissement d'uranium concédé à l'Iran ou le nombre de centrifugeuses.

Le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a envisagé de demander aux ministres des Affaires étrangères du 5+1 de venir à Vienne "pour faire le point sur l'état d'avancement du processus" avait indiqué mercredi son porte-parole Michael Mann.

Un diplomate iranien cité par l'agence officielle Irna avait affirmé de son côté que les ministres viendraient pour "aider à trouver un accord". "Ensuite ils rentreront dans leur pays et les négociations se poursuivront", selon cette source.

L'accord espéré garantirait que l'Iran respecte les règles de non-prolifération et ne cherche pas à se doter de la bombe nucléaire. En échange, les sanctions internationales, qui privent chaque semaine ce pays de milliards de dollars de revenus du pétrole, seraient levées.

cf/kat/sym

PLUS:hp