NOUVELLES

Des dissensions se manifestent parmi les séparatistes prorusses en Ukraine

10/07/2014 01:46 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

DONETSK, Ukraine - Des dissensions se manifestent parmi les séparatistes prorusses combattant les forces du gouvernement dans l'est de l'Ukraine.

Le dirigeant d'un groupe rebelle influent dans la région a affirmé jeudi qu'il ne se soumettrait pas aux ordres du leader militaire de l'insurrection séparatiste.

Le commandant de Vostok Alexander Khodakovsky a aussi dit qu'il n'abandonnerait pas la ville de Donetsk même si des ordres en ce sens étaient donnés. De telles directives n'ont pas été émises, mais les forces prorusses s'étaient retirées de leur château fort de Slovyansk la fin de semaine dernière.

Les combats dans l'est de l'Ukraine au cours des trois derniers mois ont fait des centaines de morts.

Au cours des deux dernières semaines, les soldats du gouvernement ukrainien ont repris une partie du territoire investi par les rebelles dans les provinces de l'est de Donetsk et Louhansk, qui ont déclaré l'indépendance à l'égard du gouvernement central à Kiev. Désormais, les forces gouvernementales prévoient boucler Donetsk, une ville d'un million d'habitants près de la frontière avec la Russie.

Dans un autre signe de la détérioration du moral parmi les rebelles prorusses, plusieurs dizaines de combattants de milices à Donetsk ont abandonné leurs armes, jeudi, affirmant à leurs supérieurs qu'ils retournaient à la maison.

«La Russie nous a abandonnés. (...) Ils ont promis de l'argent mais n'ont jamais payé. À quoi cela sert de se battre?», a exprimé Oleg, 29 ans, un ancien mineur ayant servi dans le bataillon de Kalmius.

Les rebelles auraient tiré en large partie leurs combattants et leur équipement de la Russie, bien que Moscou nie avoir fourni un soutien direct.

Oleg, qui a refusé de donner son nom de famille à l'Associated Press en zone de guerre en raison des craintes de représailles pour désertion, a servi durant un mois dans les rangs d'une milice.

À Moscou, jeudi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Alexander Lukashevich a affirmé que le gouvernement russe était disposé à inviter les autorités ukrainiennes à joindre leurs efforts pour surveiller la frontière. Il a toutefois ajouté que cela ne serait possible que dans l'éventualité d'un cessez-le-feu.

PLUS:pc