NOUVELLES

Cambodge : cérémonies pour le transfert des cendres de Norodom Sihanouk

10/07/2014 08:37 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

Des milliers de moines bouddhistes ont marqué jeudi par des prières le début de trois journées de cérémonies organisées pour le transfert des cendres de l'ancien roi Norodom Sihanouk dans une stupa du palais royal de Phnom Penh.

Les urnes contenant les restes de l'ancien souverain -deux en or serties de diamants et une en marbre- doivent être placées samedi dans cette stupa, aux côtés des restes d'une de ses filles, Kantha Bopha, morte à l'âge de trois ans.

Quelque 3.600 moines en robe orange, alignés devant le palais, ont participé jeudi matin au début des cérémonies qui doivent également donner lieu vendredi à 101 coups de canon et à une procession dans les rues de la capitale où les autorités attendent 20.000 personnes.

La reine Monique, veuve de Sihanouk, son fils, l'actuel roi Sihamoni, en faveur duquel il avait abdiqué en 2004, et le Premier ministre Hun Sen devaient participer plus tard jeudi à une prière, un spectacle de danse traditionnelle et un feu d'artifice.

"C'est une grande cérémonie (...), conforme à la réputation du défunt roi", a commenté son ancien assistant personnel, le prince Sisowath Thomico.

Sihanouk, mort à Pékin en 2012 à l'âge de 89 ans, avait été incinéré plusieurs mois plus tard au cours de longues et fastueuses funérailles à Phnom Penh.

Une partie de ses cendres avait alors été dispersée à la confluence du Mékong, du Tonlé Sap et du Tonlé Bassac, au coeur de Phnom Penh.

Installé sur le trône par la puissance coloniale française à l'âge de 18 ans, Sihanouk avait eu une vie politique mouvementée et parsemée d'alliances contradictoires.

Tour à tour Premier ministre, chef de l'Etat, roi, il a accompagné les soubresauts de son pays, de l'indépendance jusqu'à la guerre civile et le régime des Khmers rouges, responsable de la mort de quelque deux millions de personnes.

suy/pj/abd/bds

PLUS:hp