NOUVELLES

Valérie Maltais a troqué ses lames pour des roues sous ses patins

09/07/2014 12:45 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Valérie Maltais roule en patins cet été, après avoir glissé sur des lames pendant deux cycles olympiques. Adepte du patin à roues alignées, la patineuse de vitesse sur courte piste veut propulser son passe-temps jusqu'à une participation aux Jeux panaméricains de Toronto, l'an prochain.

«C'est mon objectif. Ce serait une belle expérience», lance Maltais, médaillée d'argent des Jeux de Sotchi comme membre du relais 3000 mètres féminin.

La patineuse âgée de 24 ans a ressenti la nécessité de prendre du recul face à sa discipline sportive, à l'issue de la saison.

«J'ai commencé à envisager la possibilité avant même la fin de la saison. J'ai été sur la glace 11 mois par année au cours des huit dernières années, et je voulais m'accorder un répit, confie-t-elle en entrevue. Comme je pratique le patin à roues alignées depuis quelques années, pour l'entraînement et comme moyen de transport, je me disais que ce serait une bonne façon de changer le mal de place.»

Après avoir été la meilleure patineuse canadienne aux Championnats du monde qui ont eu lieu à Montréal en mars, elle a demandé à Patinage de vitesse Canada de lui accorder un congé de glace pour une partie de l'été. Une permission qui lui a été consentie.

Maltais roule donc au grand air entre 10 et 15 heures par semaine, soit un peu moins que les 20 à 25 heures hebdomaires qu'elle passe habituellement sur la glace à l'intérieur.

Comme le patin à roues alignées est plus exigeant sur le plan physique, elle n'estime pas être perdante au change.

L'athlète native de La Baie s'entraîne principalement sur le circuit Gilles-Villeneuve de l'Ile Notre-Dame, ainsi que sur les pistes cyclables de son Saguenay natal.

Elle sera de retour à l'entraînement avec l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste à la fin de juillet. Elle ne juge pas qu'elle accusera un grand retard par rapport aux autres.

«J'ai tout de même été sur la glace quelques fois au cours des derniers mois, et ça s'est mieux passé que je l'aurais cru, avance-t-elle. Je me réhabituerai vite à la glace. J'aurai retrouvé mon synchronisme après quelques semaines.»

D'ici là, Maltais prend part en fin de semaine à une importante compétition de patin à roues alignées au Mexique, à titre de récente championne du Québec et du Canada.

«C'est un sport de compétition méconnu au Canada. On pratique surtout le patin à roues alignées de façon récréative. Je veux contribuer à mousser la popularité du volet compétitif au Québec et au pays. Aux Championnats du Québec et du Canada, cet été, il y avait moins d'une dizaine de participantes.»

Elle souligne que la discipline sportive est très répandue dans les pays d'Amérique du Sud, d'Europe et d'Asie.

Au Mexique, elle se frottera à la crème des patineuses en Amérique, en patinant pour la première fois sur une piste ovale inclinée de 200 mètres. Elle doit prendre part à toutes les épreuves (200, 500, 1000 mètres et la course de 15 kilomètres).

«Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre et je n'ai aucune visée, dit-elle. Mais compétitive comme je le suis, je vais essayer de gagner toutes les courses. Je suis comme ça: trop intense dans tout ce que j'entreprends.»

Quatre représentants du Canada se rendront au Mexique et Maltais sera accompagnée d'un autre Québécois, Christopher Fiola, âgé de 17 ans, de Blainville.

L'an prochain, elle devra obtenir de nouveau la permission de Patinage de vitesse Canada afin de prendre part à la compétition de sélection de l'équipe canadienne en mai, en vue des Jeux panaméricains.

PLUS:pc