NOUVELLES

Ukraine: Washington lance un nouvel avertissement à Moscou

09/07/2014 12:38 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis sont prêts à imposer "très bientôt" de nouvelles sanctions contre la Russie si Moscou refuse de rompre ses liens avec les séparatistes de l'est de l'Ukraine, a affirmé mercredi un haut diplomate américain.

"Nous sommes prêts à imposer davantage de coûts --y compris des sanctions ciblées, visant des secteurs spécifiques-- très bientôt si la Russie ne change pas de cap de manière décisive et ne rompt pas ses liens avec les séparatistes", a assuré la secrétaire d'Etat adjointe aux Affaires européennes Victoria Nuland devant la commission des affaires étrangères du Sénat américain.

Celle-ci a précisé que Washington travaillait étroitement avec le gouvernement ukrainien et ses alliés européens pour faire retomber la tension avec le président russe Vladimir Poutine et les séparatistes de l'Est défendus par Moscou.

Selon elle, les séparatistes ont profité d'un récent cessez-le-feu de dix jours pour commettre "des violences, des effusions de sang et s'emparer de territoires". "La Russie a permis que des chars, de l'artillerie lourde et des combattants affluent" vers l'Ukraine, a-t-elle dénoncé.

Mme Nuland a ajouté que Washington examinait avec ses alliés européens un calendrier possible pour de nouvelles sanctions et qu'une décision pourrait intervenir dès le 16 juillet, lorsque les dirigeants européens se rencontreront avant la pause estivale.

Mais nombre de sénateurs ont exprimé leur frustration face aux promesses d'action de Washington.

Le républicain Bob Corker a estimé que les Etats-Unis agissaient "comme un tigre de papier".

"Je suis embarrassé pour vous", a-t-il lancé. "J'aimerais juste que l'administration arrête de dire publiquement (que les Etats-Unis vont prendre des mesures fortes) alors que nous n'allons rien faire".

Le président de la commission, le démocrate Robert Menendez, a lui aussi exprimé des inquiétudes sur le fait que Washington ne parvenait pas à maintenir la pression sur Moscou.

Il a rappelé les appels de l'Union européenne à la Russie à cesser son soutien aux séparatistes, à rendre les postes de contrôle pris par ces derniers aux forces ukrainiennes, à libérer les otages et à entamer des négociations de paix avec le président ukrainien Petro Porochenko.

"Je ne vois aucune avancée sur aucun de ces points. Donc qu'est-ce que nous attendons?", a-t-il demandé.

Mme Nuland a souligné que, si de nouvelles sanctions seraient plus efficaces si elles étaient prises de concert avec les Européens, "le président (Obama) a toujours dit que si nécessaire nous agirions seuls".

mlm/sam/lb

PLUS:hp